Les agences humanitaires de l'ONU viennent en aide au Vanuatu ravagé par un cyclone

16 mars 2015

Les agences humanitaires des Nations Unies ont commencé ce weekend à venir en aide au Vanuatu après que cet archipel dans le Pacifique a été frappé par le cyclone Pam classé catégorie 5.

« Une catastrophe de cette ampleur n'a pas été vécue par le Vanuatu dans son histoire récente, en particulier en ce qui concerne l'ampleur des dégâts potentiels », a dit le chef du bureau régional pour le Pacifique du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), Sune Gudnitz, dans un communiqué de presse.

Selon le gouvernement de Vanuatu, le cyclone a tué au moins 24 personnes et endommagé 90% des structures sur l'île la plus peuplée, Efate.

Une équipe des Nations Unies chargée de l'évaluation et de la coordination en cas de catastrophe (UNDAC) est arrivée lundi dans la capitale du Vanuatu, Port-Vila, et OCHA devait également déployer trois experts.

De son côté, le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a distribué des fournitures d'urgence qui avaient été pré-positionnées. L'agence a aussi envoyé des fournitures supplémentaires pour les communautés touchées à partir de son entrepôt régional du Pacifique à Suva, aux îles Fidji.

« Les fournitures ont été emballées aujourd'hui et seront transportées par avion à Vanuatu demain », a expliqué lundi la Représentante adjointe de l'UNICEF dans le Pacifique, Isabelle Austin.

D'autres pays de la région Pacifique ont également été touchés par le cyclone, qu'il s'agisse de Kiribati, Tuvalu et les îles Salomon.

Le gouvernement du Vanuatu et ses partenaires humanitaires ont commencé à effectuer des évaluations complètes qui permettront de quantifier les besoins supplémentaires, en particulier au-delà de Port Vila et dans d'autres îles, a précisé l'UNICEF.

L'aéroport international de Vanuatu doit rouvrir au trafic commercial aérien mardi 17 mars. L'UNICEF, le Programme alimentaire mondial (PAM), et d'autres partenaires humanitaires travaillent avec les autorités du Vanuatu pour créer des centres logistiques d'urgence afin d'assurer une livraison efficace de l'assistance humanitaire.

Le Président du Vanuatu, Baldwin Lonsdale, se trouvait à la Conférence mondiale des Nations Unies sur la réduction des risques de catastrophes, à Sendai, au Japon, au moment où le cyclone a frappé.

Il a lancé un appel à la solidarité internationale alors qu'au moins la moitié de la population du Vanuatu est affectée par cette catastrophe.

« Vanuatu a l'habitude de catastrophes mais les informations que nous avons indiquent que le cyclone Pam a causé des dégâts sans précédent », a dit le Président Lonsdale, dans un communiqué de presse publié en son nom par le Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophes.

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, qui se trouvait lundi à Tokyo, a indiqué qu'il avait « ordonné de déployer immédiatement une équipe d'assistance au Vanuatu ».

« Nous prendrons les mesures nécessaires pour mobiliser l'assistance humanitaire pour la population du Vanuatu », a-t-il ajouté lors d'un symposium sur le 70ème anniversaire de l'ONU.

Pour sa part, le Président du Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC), Martin Sajdik, a déclaré dans un message que le cyclone Pam montrait que la réduction des risques de catastrophes devait faire partie des stratégies de développement aux niveaux national, régional et mondial.

Il a ajouté que Vanuatu était actuellement confronté à une urgence humanitaire de grande ampleur et qu'il n'y avait pas de temps à perdre pour agir.

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Au Japon, le chef de l'ONU appelle à la solidarité mondiale pour renforcer la résilience aux catastrophes

A l'occasion de la Conférence mondiale des Nations Unies sur la prévention des risques de catastrophes qui s'est ouverte samedi à Sendai, au Japon, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a appelé à une mobilisation internationale pour améliorer la résilience aux catastrophes.