L'ONU célèbre les progrès réalisés pour améliorer la santé et le bien-être des femmes et des enfants

10 mars 2015

Depuis 2010, environ 2,4 millions de vies de femmes et d'enfants ont été sauvées dans 49 pays grâce à l'initiative « Chaque femme, chaque enfant » destinée à améliorer la santé des femmes et des enfants à travers le monde, selon un nouveau rapport présenté mardi par le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon.

Le rapport cite un certain de progrès réalisés dans ces pays : la prévention de la transmission du VIH de la mère à l'enfant a augmenté de près de 200% ; la thérapie de réhydratation orale pour traiter la diarrhée chez l'enfant a augmenté de moitié ; l'allaitement exclusif a augmenté de près de moitié ; les soins postnataux pour les femmes ont augmenté de 25%.

« Je suis fier de ce qui a été réalisé », a déclaré le Secrétaire général lors d'une réunion de haut-niveau au siège de l'ONU à New York.

« Je suis heureux d'être ici pour examiner les progrès réalisés depuis le lancement de la stratégie mondiale pour la santé des femmes et des enfants en septembre 2010 », a-t-il ajouté. « Je suis profondément attaché à cette cause personnellement et professionnellement ».

Il s'est félicité de la participation de plus de 300 organisations, qu'il s'agisse de gouvernements, de groupes universitaires, du secteur privé, d'organisations de la société civile, pour faire progresser la santé et le bien-être des femmes et des enfants.

« Ce qui a été déterminant dans ces efforts, c'est l'accent mis sur l'innovation, y compris en matière de financement, et en matière de comptes à rendre concernant les ressources et les résultats », a-t-il souligné.

Selon le Secrétaire général, « il faut maintenant maintenir et développer cette dynamique, achever les Objectifs du Millénaire pour le développement sur la santé qui n'ont pas été atteints, mettre fin à la tragédie choquante des morts évitables et investir dans l'avenir des femmes, des enfants et des adolescents ».

« De nombreux dirigeants travaillent déjà dur sur ces questions et comprennent que si nous travaillons ensemble nous pouvons faire davantage, plus vite et mieux », a-t-il ajouté. « Nous devons aussi aller au-delà du secteur de la santé et collaborer avec ceux qui travaillent sur l'éducation, l'autonomisation des femmes, l'énergie, la nutrition, l'eau et l'assainissement. Et nous devons chercher de nouvelles façons d'atteindre les personnes les plus vulnérables et difficiles à atteindre, en particulier dans les situations de conflit, et celles ayant des besoins humanitaires ».

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'ONU et ses partenaires renforcent la lutte contre le VIH/sida chez les adolescents

Face à la lenteur des progrès réalisés dans la lutte contre le VIH/sida chez les adolescents, deux agences des Nations Unies à la pointe de la riposte mondiale contre l'épidémie et leurs partenaires ont lancé mardi une nouvelle initiative destinée à accélérer son éradication chez les jeunes du monde entier.