Syrie : l'ONU condamne l'enlèvement de plus d'une centaine d'Assyriens

26 février 2015

Les membres du Conseil de sécurité de l'ONU ont fermement condamné l'enlèvement de plus d'une centaine d'Assyriens par l'Etat islamique d'Iraq et du Levant (EIIL), le 23 février 2015, dans le nord-est de la Syrie, ainsi que la destruction et la profanation de lieux de culte, notamment chrétiens.

Selon la presse, le groupe djihadiste aurait pris en otages près d'une centaine d'habitants, dont des femmes et des enfants, issus de deux villages du nord-est de la Syrie, dans une zone contrôlée par des forces kurdes. L'attaque aurait eu lieu lundi à l'aube à Tal Chamirane et Tal Hermouz, deux villages chrétiens assyriens de la région d'Hassaké. Les Assyriens sont les chrétiens nestoriens. En Syrie, ils ont formé le Conseil militaire syriaque, qui se bat activement au côté des Kurdes contre les forces gouvernementales.

« Ces crimes démontrent une fois de plus la brutalité de l'EIIL, qui est responsable de milliers de crimes et d'abus contre des personnes de toutes confessions, ethnies et nationalités, sans le moindre égard pour la vie humaine », s'est indigné le Conseil dans un communiqué de presse rendu public mercredi 25 février au siège de l'ONU, à New York.

Les 15 membres du Conseil de sécurité ont ensuite fermement condamné tous les actes de violence dirigés contre des civils, y compris ceux commis sur la base de leur appartenance ethnique, de leur religion ou de leur conviction.

Les membres du Conseil ont en outre exigé la libération immédiate et inconditionnelle de toutes les personnes enlevées par l'EIIL, le Front al-Nosra, et tous les autres individus, groupes et entités associés à Al-Qaïda.

Le Conseil a souligné en conclusion que les responsables de ces actes odieux devaient être tenus pour responsables.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.