FAO : un leadership solide et une culture axée sur les résultats, selon un rapport indépendant

25 février 2015

L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a pris des mesures concrètes et démontré un leadership exécutif solide à l'origine d'une culture axée sur les résultats au niveau aussi bien de l'agence que de ses pays membres, indique un nouveau rapport de la FAO.

« La FAO est en train d'effectuer, en son sein, des réformes profondes et de grande envergure, qui visent à améliorer les systèmes et les pratiques qui étaient problématiques dans le passé, et plus particulièrement pour devenir plus transparente et axée sur les résultats », constate en effet le rapport 2014 du Réseau de mesure des performances des organisations multilatérales (MOPAN).

Depuis l'évaluation 2011, la FAO « a aiguisé son orientation stratégique » en réduisant à cinq le nombre de ses objectifs stratégiques et en les alignant de plus près sur son mandat de base et ses avantages comparatifs, précise le rapport.

« La FAO a connu des changements transformationnels importants depuis 2012. Nous commençons à voir les résultats, mais notre travail n'est pas terminé pour autant. L'heure est venue de consolider nos efforts précédents et procéder aux ajustements nécessaires pour exprimer notre plein potentiel. Je suis convaincu que dans les prochaines années, la FAO peut – et doit – apporter une plus grande contribution aux efforts nationaux, régionaux et internationaux visant à assurer la sécurité alimentaire et nutritionnelle pour tous et promouvoir le développement durable », s'est félicité le Directeur général de la FAO, José Graziano da Silva, dans un communiqué de presse à l'occasion de la publication du rapport à Rome.

La période sous revue couvre la plus grande partie du premier mandat de M. Graziano da Silva qui a pris ses fonctions en janvier 2012.

L'évaluation 2014 du MOPAN constate que la FAO est « une organisation pertinente qui a un rôle important à jouer pour améliorer la sécurité alimentaire et les systèmes agricoles au triple niveau local, régional et global ».

Le rapport note aussi comment, au cours des trois dernières années, la FAO « a entrepris des réformes organisationnelles pour rendre plus efficaces sa gestion et ses opérations dans le cadre de la mise en œuvre de son Cadre stratégique révisé ».

Ces réformes incluent des changements dans la gestion des ressources humaines, le renforcement de la direction au niveau des pays, une décentralisation accrue et l'intégration du développement et de la programmation d'urgence.

L'évaluation constate que la FAO a renforcé sa collaboration avec d'autres agences des Nations Unies et les parties prenantes pour faire face plus efficacement aux problématiques locales, régionales et mondiales, ainsi qu'aux situations d'urgence. Quant aux efforts déployés par la FAO pour collaborer avec les autres agences des Nations Unies, ils sont qualifiés de « louables ».

Les efforts entrepris pour « travailler de façon plus stratégique dans les pays et les efforts de décentralisation de la FAO sont fondamentaux pour améliorer la pertinence et l'efficacité de sa programmation », selon le rapport du MOPAN.

Le rapport constate que la FAO « jouit d'une réputation de haute qualité et très appréciée en matière de dialogue politique, en particulier au double plan régional et mondial ». Il ajoute que l'agence est également « appréciée pour son approche inclusive ».

La FAO, souligne encore le rapport, est « championne » en matière de dialogue Sud-Sud et de coopération, à savoir la mise en commun et l'échange de connaissances, d'expériences, de bonnes pratiques et d'autres ressources entre pays du Sud.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.