Iraq : l'ONU s'inquiète du sort des familles de déplacés

24 février 2015

A l'occasion d'une visite à des familles iraquiennes récemment déplacées en provenance de la région d'al-Baghdadi, dans la province d'Anbar, deux hauts responsables des Nations Unies en Iraq se sont inquiétés mardi du sort de ces dernières victimes en date du conflit dans le pays.

« La situation dans laquelle se trouve ces familles est très inquiétante. Elles ont été assiégées pendant des jours et sont très vulnérables. Nous sommes en relation étroite avec le gouvernement afin de les aider », a déclaré la Représentante spéciale adjointe de la Mission d'assistance des Nations Unies pour l'Iraq (MANUI), Lise Grande, dans un communiqué de presse à Bagdad.

Selon la Coordonnatrice humanitaire de l'ONU pour le pays, environ 200 familles ont été évacuées de Mojama'a Al-Hay Al Sakani près de la base aérienne d'Ain Al-Asad après que les forces de sécurité iraquiennes aient brisé le siège de l'Etat islamique en Iraq et au levant (EIIL) de la région. Les familles les plus vulnérables ont été transportées par avion par les autorités iraquiennes vers Bagdad.

« Le HCR [Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés] et ses partenaires continueront d'évaluer les besoins de ces familles nouvellement déplacées afin de s'assurer que leurs nombreuses vulnérabilités soient prises en charge, s'agissant notamment d'un soutien psychosocial, d'une assistance juridique, de kits familiaux et d'une aide financière pour les plus vulnérables », a quant à lui déclaré le Représentant du HCR dans le pays, Neill Wright, également présent lors la visite de familles de réfugiés.

Le HCR et la Coordination humanitaire de l'ONU ont estimé que ces familles évacuées avaient vécu en état de siège, avec un accès limité à l'eau potable, à la nourriture ou à des médicaments. Cinq enfants auraient trouvé la mort à la suite des conditions terribles endurées par les habitants de la ville assiégée par l'EIIL.

La distribution d'articles de secours d'urgence a commencé et continuera à avoir lieu dans les prochains jours afin de garantir que tous ceux qui ont trouvé refuge chez des membres de leur famille et des amis dans différents quartiers de Bagdad, reçoivent l'aide dont ils ont besoin. Les premières évaluations montrent que 65% des personnes déplacées seraient des femmes.

Environ 2,25 millions d'Iraquiens ont été déplacées à travers l'Iraq depuis janvier 2014, dont 380.000 dans le gouvernorat d'Anbar.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Iraq : les violations des droits de l'homme sont de plus en plus préoccupantes, selon l'ONU

Alors que l'état de droit continue de se dégrader en Iraq, les violations généralisées des droits de l'homme dans le pays sont de nature de plus en plus sectaire, indique un nouveau rapport de l'ONU rendu public lundi.