A Paris, le chef de la FAO appelle à changer notre modèle de production agricole

20 février 2015

Le modèle de production agricole qui prédomine de nos jours n'est pas adapté aux nouveaux enjeux liés à la sécurité alimentaire du XXIème siècle, a déclaré vendredi l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

« Si le nombre de personnes souffrant de faim chronique a diminué de 100 millions au cours de la dernière décennie, 805 millions d'individus ne mangent toujours pas à leur faim », a fait remarquer le Directeur général de la FAO, José Graziano da Silva, dans son allocution aux ministres, scientifiques, agriculteurs et représentants de la société civile réunis à Paris pour un Forum international sur l'agriculture et le changement climatique.

Constatant que, bien que le monde produise aujourd'hui suffisamment de nourriture pour subvenir aux besoins de tous, le problème de la faim persiste, M. Graziano da Silva a déclaré que la production vivrière n'est pas une condition suffisante pour atteindre la sécurité alimentaire.

« Ce qui prédomine actuellement est un modèle de production qui n'est pas en mesure d'empêcher la dégradation des sols et la perte de biodiversité – deux biens essentiels, en particulier pour les générations futures. Ce modèle doit être révisé. Il faut opérer un revirement complet. Les systèmes ont besoin d'être plus durables, inclusifs et résilients », a précisé le Directeur général de la FAO.

Selon M. Graziano da Silva, l'agriculture peut avoir un rôle très important à jouer, d'une part pour garantir la sécurité alimentaire, mais également pour renforcer la résilience face aux effets du changement climatique et réduire les émissions des gaz à effet de serre imputables aux activités de l'homme.

M. Graziano da Silva a ainsi évoqué une nouvelle approche prometteuse, connue sous le nom d'« agriculture intelligente face au climat », qui consiste à adapter les pratiques agricoles en renforçant leur résilience face aux pressions environnementales, tout en réduisant l'empreinte des activités agricoles elles-mêmes sur l'environnement.

Le Directeur général de la FAO a par ailleurs attiré l'attention sur « l'agro-écologie », une approche fondé sur la théorie écologique pour augmenter à la fois la productivité et la capacité de conservation des ressources naturelles des systèmes agricoles.

Ce Forum international sur l'agriculture et le changement climatique est le premier d'une série d'événements qui précéderont le sommet mondial sur le climat de décembre 2015. Durant sa visite en France, M. Graziano da Silva a également rencontré le Président du pays, François Hollande. Il participera samedi 21 février à l'ouverture du Salon international de l'agriculture de Paris.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Un nouveau logiciel de la FAO permet de sauver les requins grâce à leurs nageoires

Les requins peuvent désormais se mouvoir plus sereinement dans les océans et les mers grâce à un nouveau logiciel élaboré par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) pour l'identification rapide des différentes espèces en fonction de leurs nageoires.