Le chef des droits de l'homme de l'ONU exhorte les Libyens à s'opposer à l'extrémisme

17 février 2015

A la suite de la décapitation de 20 Egyptiens chrétiens coptes et d'un autre homme apparemment chrétien en Libye, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, a exhorté mardi les Libyens à s'unir contre les extrémistes qui lancent des attaques pour des motifs d'ordre religieux, ethnique, national, racial ou politique.

« Le meurtre brutal de ces hommes et l'épouvantable tentative pour le justifier et le glorifier dans une vidéo devraient être fermement condamnés par tous, et en particulier par le peuple libyen qui devrait résister aux exhortations des groupes takfiris », a déclaré le Haut-Commissaire dans un communiqué de presse. « L'assassinat de prisonniers ou d'otages est interdit par le droit international et la loi islamique. »

Selon lui, « ce n'est pas la première fois que des chrétiens coptes sont pris pour cible en Libye ou dans d'autres endroits de la région. Comme décrit dans le rapport que nous avons publié la semaine passée, le personnel des Nations Unies en charge des droits de l'homme a documenté plusieurs incidents concernant des enlèvements de coptes égyptiens en Libye. Lors d'un incident survenu en décembre l'an passé, les corps de trois membres d'une famille chrétienne copte avaient été retrouvés à Syrte. Des églises et d'autres sites religieux ont aussi été attaqués en Libye au cours des trois dernières années. »

La décapitation de ces 21 hommes intervient alors qu'une anarchie croissante règne dans le conflit armé libyen. Le rapport des Nations Unies sur les droits de l'homme publié la semaine passée détaille la violence généralisée et les combats qui sévissent dans le pays et qui affectent les civils en général et des groupes spécifiques en particulier, y compris les chrétiens coptes, d'autres minorités, les migrants, les journalistes et les défenseurs des droits de l'homme.

Samedi, le personnel des Nations Unies a reçu des informations selon lesquelles le directeur d'un groupe de défense des droits de l'homme, the National Commission for Human Rights, le docteur Hadi Ben Taleb, et l'un des membres de son conseil,

M. Ahmed Osta, ont été kidnappés par le groupe armé al-Sa'dawi dans le quartier d'Ain Zara à Tripoli. Depuis, leurs proches et leurs collègues n'ont reçu aucune information sur leur sort ou leur localisation. Le Haut-Commissaire a demandé la libération des deux hommes et, en attendant, à ce que leurs proches soient informés de leur localisation.

Il a appelé toutes les parties en présence en Libye à œuvrer en faveur d'un dialogue constructif afin de mettre un terme au conflit actuel, et en particulier à s'associer aux efforts entrepris par le Représentant spécial du Secrétaire général, Bernardino León, pour faire avancer le processus politique inclusif destiné à relever les défis politiques et sécuritaires ardus auxquels est confrontée la Libye.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'ONU condamne le meurtre de 21 Egyptiens coptes par Daech en Libye

Le Conseil de sécurité des Nations Unies et le Secrétaire général Ban Ki-moon ont fermement condamné ce qui apparaît comme l'assassinat odieux et lâche en Libye de 21 Egyptiens coptes chrétiens par un groupe affilié à l'Etat islamique d'Iraq et du Levant (EIIL/Daech).