La chef de l'humanitaire de l'ONU en visite au Soudan du Sud avec l'acteur américain Forest Whitaker

6 février 2015

Alors que les agences des Nations Unies lancent un cri d'alarme sur la crise alimentaire au Soudan du Sud, la chef de l'humanitaire de l'ONU, Valerie Amos, a entamé vendredi une visite dans ce pays avec l'acteur américain Forest Whitaker, qui est Envoyé spécial de l'UNESCO pour la paix et la réconciliation.

Lors de leur visite de trois jours, Mme Amos et M. Whitaker évalueront la situation humanitaire dans les zones affectées par la guerre civile qui a débuté en décembre 2013, a précisé le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA).

Ils doivent rencontrer des communautés touchées par la crise, de hauts responsables du gouvernement et des partenaires humanitaires pour discuter comment améliorer les opérations d'assistance au Soudan du Sud.

L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a lancé vendredi un cri d'alarme sur la situation dans le pays, où 2,5 millions de personnes, soit environ un cinquième de la population, sont victimes d'insécurité alimentaire à des niveaux de crise ou d'urgence. Ce chiffre a doublé par rapport à décembre 2013.

En outre, 3,9 millions de personnes se trouvent en état de stress lié à l'insécurité alimentaire, dont certaines risquent de basculer en situation de crise et d'urgence en cas d'échec des mécanismes mis en place pour soutenir les moyens de subsistance et les marchés, selon l'agence onusienne.

« Des cycles agricoles qui sautent dans les zones du pays ravagées par les conflits vont entraîner, d'ici mars 2015, l'épuisement des stocks alimentaires des ménages vivant dans les comtés les plus touchés – soit beaucoup plus tôt qu'en temps normal », a déclaré la Représentante de la FAO au Soudan du Sud, Sue Lautze.

D'après les tendances saisonnières, la crise alimentaire devrait s'aggraver et c'est entre avril et juillet de cette année que le risque d'une grave détérioration sera le plus grand, au paroxysme de la période de soudure, a-t-elle ajouté.

La FAO cherche à mobiliser d'urgence 32 autres millions de dollars pour maintenir et étendre ses opérations en cours au Soudan du Sud, ainsi que pour acheter les fournitures nécessaires pour l'an prochain.

Mercredi, le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF) avait également exprimé sa vive inquiétude. L'agence onusienne avait exhorté les parties au conflit au Soudan du Sud à mettre rapidement en œuvre l'accord de cessez-le-feu conclu lundi 2 février, sous peine de faire face à des pénuries alimentaires potentiellement catastrophiques dans les zones de conflit du pays.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le Soudan du Sud au bord de la catastrophe alimentaire, selon l'UNICEF

Le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF) a exhorté mercredi les parties au conflit au Soudan du Sud à mettre rapidement en œuvre l'accord de cessez-le-feu conclu lundi 2 février, sous peine de faire face à des pénuries alimentaires potentiellement catastrophiques dans les zones de conflit du pays.