Centrafrique : des enquêteurs de l'ONU appellent à créer un tribunal international

21 janvier 2015

Deux membres de la Commission internationale d'enquête sur la République centrafricaine ont appelé mercredi à la création d'un tribunal « véritablement international » chargé de poursuivre les auteurs de crimes de guerre commis dans ce pays.

« Nous sommes ici pour dire que nous avons des recommandations à faire au Conseil de sécurité et au Secrétaire général mais aussi à l'Union africaine et au gouvernement centrafricain », a dit Fatimata M'Baye lors d'une conférence de presse au siège de l'ONU au côté d'un autre membre de la Commission d'enquête, Philip Alston.

« Nous pensons que pour que ce conflit ne s'aggrave pas à nouveau, la communauté internationale doit agir rapidement contre ceux qui violent les droits de l'homme et le droit humanitaire », a-t-elle ajouté.

Mme M'Baye et M. Alston ont rappelé que des crimes de guerre ont été commis par toutes les parties impliquées dans le conflit qui déchire la République centrafricaine.

La Commission d'enquête a été mise en place par le Conseil de sécurité de l'ONU en 2013. Outre Mme M'Baye et M. Alston, elle compte un troisième membre, Bernard Acho Muna, qui la préside.

M. Alston a déclaré que le plus récent rapport de la commission recommande fortement la mise en place de mécanismes de lutte contre l'impunité, notamment l'établissement d'un tribunal « pleinement international » pour enquêter sur les crimes de guerre et les crimes contre l'humanité.

Il a souligné que les Nations Unies discutent actuellement de la création d'un tribunal de cette sorte pour poursuivre les acteurs politiques qui ont commis ces crimes.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Centrafrique : le Coordonnateur humanitaire appelle à la libération d'une Française enlevée à Bangui

Le Coordonnateur humanitaire des Nations Unies en République centrafricaine par intérim, Mohamed Malick Fall, a appelé les responsables de l'enlèvement d'une employée humanitaire française à Bangui à la libérer immédiatement.