Au Honduras, Ban Ki-moon appelle les dirigeants à s'appuyer sur la diversité du pays pour pérenniser les progrès

15 janvier 2015

A l'occasion de sa première visite au Honduras, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a exhorté mercredi soir le Parlement hondurien à prendre appui sur la grande diversité de sa population et à emprunter la voie du développement durable, alors que ce pays d'Amérique centrale entreprend des réformes pour lutter contre la pauvreté, l'inégalité et l'insécurité.

« Je suis venu dans votre pays porteur d'un message d'espoir fort : je suis solidaire du peuple du Honduras », a déclaré M. Ban dans une allocution prononcée au Congrès hondurien à Tegucigalpa, la capitale du pays, appelant notamment les législateurs à faire de leur enceinte un « espace de consensus ».

« En tant que représentants, vous êtes les détenteurs de l'espoir de votre peuple. En tant que législateurs, vous traduisez ses aspirations en politiques publiques. En tant que leaders, vous êtes responsable des résultats », a-t-il ajouté. Bien que le pays semble être sorti des troubles politiques récents dont il faisait l'objet et accomplisse désormais des progrès substantiels pour réaliser les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), la pauvreté, les inégalités, la violence en bande organisée, l'insécurité et l'impunité demeurent des obstacles significatifs, a nuancé le chef de l'ONU.

À l'heure actuelle, a précisé M. Ban, les deux tiers des Honduriens vivent encore en dessous du seuil de pauvreté et un tiers seulement des jeunes terminent leurs études secondaires. En outre, le pays est parmi les plus vulnérables du monde aux catastrophes naturelles et aux impacts du changement climatique, a-t-il ajouté. Quant aux possibilités d'accès à des emplois décents, elles restent rares, contraignant de nombreux Honduriens à l'exil pour trouver de meilleures conditions de vie ailleurs, a dit le Secrétaire général.

Ces obstacles au progrès sont à l'origine du flux migratoire de mineurs non accompagnés, qui entreprennent des voyages périlleux, notamment à destination des Etats-Unis, durant lesquels ils souvent victimes d'abus et d'exploitation.

« Quoi qu'il advienne, la dignité et les droits de l'homme doivent être protégés », a déclaré le Secrétaire général, en soulignant que l'ONU était prête à soutenir les efforts du pays pour améliorer la sécurité, notamment via l'échange de bonnes pratiques sur la prévention de la violence et de la criminalité ainsi que sur la réinsertion sociale des délinquants et le renforcement des institutions.

Le chef de l'ONU avait entamé sa visite au Honduras plus tôt dans la journée par une rencontre avec le Président Juan Orlando Hernandez-Alvarado, durant laquelle M. Ban avait fait part de ses préoccupations concernant la situation sécuritaire et des droits humains dans le pays. Le Secrétaire général s'était également félicité à cette occasion de la volonté du gouvernement de renforcer ses relations avec les Nations Unies via l'ouverture d'un bureau local du Haut-Commissariat aux droits de l'homme, avant de prendre le chemin du Congrès pour prononcer son discours, suite auquel les parlementaires lui ont remis la plus haute distinction du pays, la Gran Cruz Extraordinaria con Placa de Oro.

Jeudi, le Secrétaire général a eu une série de réunions avec des hauts fonctionnaires honduriens et des représentants de la société civile, avant de se rendre dans la ville de Copán Ruinas, inscrite au patrimoine mondial par l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO).

Plus tard dans la journée, M. Ban a quitté le Honduras pour se rendre au Salvador, où il doit assister vendredi à la 23ième cérémonie de commémoration des accords de paix ayant mis fin à la guerre civile dans le pays.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.