L'UNESCO condamne le meurtre d'un journaliste de télévision congolais

2 janvier 2015

La Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a déploré vendredi le meurtre du journaliste Robert Chamwami Shalubuto à Goma, (Nord-Kivu, en République démocratique du Congo) et a appelé à des mesures pour améliorer la sécurité des journalistes.

« Je condamne le meurtre de Robert Chamwami Shalubuto qui soulève des inquiétudes quant à la sécurité des journalistes », a déclaré Mme Bokova dans un communiqué de presse. « J'appelle les autorités à enquêter sur cette affaire et à n'épargner aucun effort pour améliorer la sécurité des journalistes ».

Robert Chamwami Shalubuto, journaliste à la Radio-Télévision Nationale congolaise (RTNC), a été abattu le 26 décembre par deux hommes armés non identifiés alors qu'il était avec des amis dans un bar à Goma.

Selon la presse, le 25 octobre, Philémon Gira, un autre journaliste de la RTNC, avait été la cible d'une attaque à main armée d'assaillants non identifiés. Il avait survécu à l'agression mais il avait dû être amputé de la jambe gauche. En 16 ans, selon un décompte de l'ONG congolaise Journaliste en danger (JED), une dizaine de journalistes ont été tués en RDC. La plupart exerçaient dans les provinces des Nord-Kivu et Sud-Kivu.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

RDC : le chef des droits de l'homme de l'ONU salue la dynamique créée par la condamnation d'un officier des FARDC

La condamnation d'un ancien officier des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) à la prison à perpétuité pour crimes contre l'humanité contribue à créer une dynamique contre l'impunité dans ce pays, s'est félicité jeudi le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein.