Gaza : l'ONU se félicite de l'aide turque sur fond de dégradation de la situation humanitaire

31 décembre 2014

La dernière des neuf cargaisons de farine de blé données par la Turquie en 2014 vient tout juste d'arriver à Gaza, s'est félicitée mercredi l'agence de l'ONU en Palestine, tout en déplorant la dégradation de la situation humanitaire dans la zone.

Selon l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), le don de 15.000 tonnes de blé par la Turquie, pour une valeur estimée à 6,25 millions de dollars, permettra de nourrir plus de 140.000 familles.

« La situation économique est désastreuse à Gaza – dévasté par des années de blocus et de conflit récurrent », a déclaré à cette occasion dans un communiqué de presse la Commissaire générale adjointe de l'UNRWA, Margot Ellis. « Cela signifie que des centaines de milliers de personnes à Gaza sont dans l'insécurité alimentaire et dépendent de l'aide alimentaire, telle que celle envoyée par la Turquie ».

Cette déclaration intervient le jour de l'annonce par le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, de la nomination de l'Américaine Sandra Mitchell pour succéder à Margot Ellis. Mme Mitchell est actuellement Vice-Présidente des programmes internationaux de l'ONG International Rescue Committee (IRC) et a occupé par le passé un poste de haut responsable au sein de l'UNRWA de 2011 et 2013.

Selon l'UNRWA, le chômage a grimpé en flèche dans la bande de Gaza depuis le resserrement du blocus il y a sept ans, à mesure que les importations, les exportations et les possibilités d'emploi se sont ralenties, « voir ont été stoppées net ». « Le chômage des réfugiés a atteint 45,5% au deuxième trimestre de 2014 – le plus haut niveau jamais enregistré par l'UNRWA », a regretté Mme Ellis, précisant que le nombre de réfugiés palestiniens dépendant de l'aide alimentaire est passé de moins de 80.000 en 2000 à plus de 867.000 aujourd'hui.

« En plus de la farine de blé, la Turquie a fait don de 11.000 colis de nourriture pour les Palestiniens vivant dans les abris temporaires de l'UNRWA à Gaza cet été », a salué la chef adjointe de l'UNRWA.

En plus des contributions alimentaires en nature, la Turquie fournit un important soutien financier à l'UNRWA. Depuis 2009, le gouvernement turc a plus que doublé sa contribution à l'agence.

En cette fin d'année 2014, la déclaration de l'URWA fait écho à un communiqué de presse publié mercredi par le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), rappelant que 2014 a marqué les dix ans de l'avis consultatif de la Cour internationale de justice établissant l'illégalité des portions de la barrière de séparation israélienne construites dans les territoires occupés.

« A ce jour, 62% de la barrière a été construite, soit 200 kilomètres supplémentaires depuis que l'avis consultatif a de la Cour été rendu en 2004 », a précisé l'OCHA, soulignant que la barrière, qui a été construite dans le but déclaré d'empêcher les attaques violentes par des Palestiniens en Israël, a aujourd'hui des conséquences humanitaires néfastes sur les communautés palestiniennes.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Moyen-Orient : 2014, une « année dramatique » pour la paix, selon l'ONU

Qu'il s'agisse du nouvel échec des négociations de paix entre Israéliens et Palestiniens, de la guerre dévastatrice de 51 jours dans la bande de Gaza ou du regain de violences et de tensions en Cisjordanie, l'année 2014 s'achève sur un bilan dramatique pour le Moyen-Orient, a estimé le Coordonnateur spécial de l'ONU pour le processus de paix dans la région, Robert Serry.