Gambie : Ban Ki-moon s'inquiète de la situation et appelle à la retenue

31 décembre 2014

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, s'est inquiété mercredi de la situation en Gambie où le palais présidentiel a été attaqué la veille par des hommes armés en l'absence du Président Yahya Jammeh, en visite à Dubaï.

« Le Secrétaire général suit de près les développements en Gambie », a dit son porte-parole dans un communiqué de presse. « Il réitère la condamnation de principe des Nations Unies de toutes les tentatives de prise de pouvoir par des moyens anticonstitutionnels. Se référant à des informations indiquant que la situation est calme à Banjul, il appelle toutes les parties à faire preuve de retenue et à s'abstenir de toute nouvelle violence ».

Le Secrétaire général a encouragé la mise en place d'une enquête transparente sur les événements du 30 décembre, en conformité avec une procédure régulière et le respect de la primauté du droit.

« À cet égard, il demande instamment au gouvernement de la Gambie, et ses forces de sécurité et de défense d'agir dans le plein respect des droits humains », a dit son porte-parole. « L'Organisation des Nations Unies continuera de suivre de près la situation ».

De son côté, le Conseil de sécurité s'est réuni mercredi matin en consultations à huis clos pour discuter de la situation en Gambie.

Selon la presse, des soldats gambiens ont attaqué mardi 30 décembre au matin le palais présidentiel à Banjul, en l'absence du président Yahya Jammeh, en visite privée à Dubaï, aux Emirats arabes unis. Les assaillants ont été repoussés durant l'attaque et trois d'entre eux auraient été tués.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Gambie : l'ONU dénonce une loi condamnant à perpétuité « l'homosexualité aggravée »

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, a critiqué jeudi l'adoption récente d'une loi en Gambie introduisant un délit d'« homosexualité aggravée » passible d'une peine de prison à perpétuité et s'est dit inquiet face aux informations concernant une vague d'arrestations arbitraires d'homosexuels présumés.