Ebola : les communautés ont un rôle crucial pour empêcher la propagation de l'épidémie, selon l'ONU

30 décembre 2014

Les communautés sont amenées à jouer un rôle important dans l'éradication du virus Ebola de l'Afrique de l'Ouest en empêchant les foyers de l'épidémie d'atteindre une taille critique, a déclaré mardi le chef sortant de la Mission des Nations Unies pour l'action d'urgence contre Ebola (MINUAUCE), Anthony Banbury.

Le chef de la MINUAUCE entamait aujourd'hui le deuxième jour de sa visite au Libéria dans le cadre d'une tournée dans les trois pays d'Afrique de l'Ouest les plus touchés par l'épidémie. A cette occasion, il s'est entretenu avec la Présidente libérienne, Ellen Johnson Sirleaf, se disant notamment « extrêmement satisfait » des progrès qu'il a constatés sur le terrain, lors de sa visite d'une zone particulièrement touchée par l'épidémie.

M. Banbury terminera ses déplacements dans la région le 3 janvier prochain et sera remplacé à la tête de la Mission par le Mauritanien Ismail Ould Cheikh Ahmed.

« Ebola est une très vilaine maladie, et qui nous réserve, je le crains, quelques surprises très désagréables à l'avenir », a déclaré le chef de la MINUAUCE lors d'un entretien accordé à la Radio des Nations Unies à Monrovia, la capitale du Libéria. « C'est la raison pour laquelle nous avons réellement besoin de renforcer nos capacités d'action ».

M. Banbury a déclaré qu'il était important de maintenir une bonne surveillance sur le terrain pour être en mesure de détecter de façon précoce tout foyer potentiel et d'agir rapidement avant que l'épidémie ne se propage.

A Monrovia, le chef de la MINUAUCE a salué les communautés pour le rôle « très important » qu'elles jouent et continueront à jouer dans l'éradication de l'épidémie, qui a infecté à ce jour plus de 20.000 personnes et fait plus de 7.800 morts, selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), essentiellement en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone.

« Cela fonctionne », a dit M. Banbury. « Nous avons juste besoin d'en faire plus ».

Tout en reconnaissant la difficulté de trouver des travailleurs pour faire face à l'épidémie dans certaines régions les plus reculées d'Afrique de l'Ouest, le chef de la MINUAUCE a souligné l'importance d'adopter une stratégie « district par district » pour lutter contre le virus.

« Nous avons réellement besoin d'être présents dans les districts », a-t-il conclu.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Ebola : la barre des 20.000 cas est atteinte, selon l'ONU

Alors que le chef de la Mission des Nations Unies pour l'action d'urgence contre Ebola (MINUAUCE), Anthony Banbury, s'apprêtait lundi à ouvrir les portes d'un nouveau centre de traitement de la maladie au Libéria, les derniers chiffres de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) font état de 20.000 personnes infectées à ce jour par le virus.