Soudan du Sud : le conflit a des conséquences « dévastatrices » sur les enfants, selon l'ONU

30 décembre 2014

Le conflit qui sévit depuis plus d'un an au Soudan du Sud a entraîné d'importants revers concernant la protection des enfants dans le pays, selon un rapport du Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, rendu public mardi.

Ce premier rapport sur les enfants et le conflit armé au Soudan du Sud documente les violations graves des droits de l'enfant commises entre mars 2011 et septembre 2014 et décrit la façon dont, après plus de deux ans d'une paix relative, la vulnérabilité des enfants a augmenté de façon spectaculaire suite à la reprise du conflit. Selon cette étude, le nombre de cas de violations graves perpétrées à l'encontre des enfants entre la mi-décembre 2013 et septembre 2014 est supérieur à celui des cas constatés sur l'ensemble des deux années 2012 et 2013.

« Les données recueillies et vérifiées par l'ONU sont dévastatrices », a déclaré la Représentante spéciale du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés, Leila Zerrougui. « Les enfants du Soudan du Sud ont été non seulement affectés par le regain de violence, mais également directement ciblés par toutes les parties au conflit ».

Selon le rapport, plus de 600 enfants ont été tués au Soudan du Sud entre décembre 2013 et septembre 2014. Durant la même période, des milliers d'enfants soldats ont été enrôlés dans des groupes armés étatiques et non-étatiques. L'ONU a également documenté des dizaines de cas de garçons et de filles victimes de violences sexuelles commises par toutes les parties au conflit, bien que le nombre réel soit probablement plus élevé, précise le rapport. Près de six mille enfants sont actuellement séparés de leur famille, non accompagnés ou manquants. De plus, des écoles ont été attaquées et utilisées à des fins militaires ou pour recruter des enfants.

En milieu d'année 2014, précise le rapport, l'Armée populaire de libération du Soudan (SPLA) s'est à nouveau engagée formellement à respecter son Plan d'action avec les Nations Unies pour mettre fin au recrutement et à l'utilisation d'enfants ainsi qu'à toute violation grave commise à leur encontre. L'Armée populaire de libération du Soudan dans l'opposition (SPLA-IO), dirigée par Riek Machar, s'est également engagée à protéger les enfants contre les conséquences du conflit.

« Six mois plus tard, nous attendons toujours de voir des garçons et des filles libérés et d'autres actions significatives susceptibles de protéger les enfants du pays contre la violence », a déploré la Représentante spéciale.

Le rapport appelle par ailleurs le gouvernement du Soudan du Sud à développer un programme de désarmement, de démobilisation et de réinsertion pour les enfants séparés des forces et groupes armés. Ce programme devrait être conçu, précise l'étude, pour s'assurer que les enfants reçoivent un soutien adéquat et une aide à la réinsertion, en accordant une attention particulière aux besoins spécifiques des filles.

Enfin, le rapport du Secrétaire général pointe du doigt l'« impunité persistante et généralisée dont bénéficient les auteurs » de violations graves des droits de l'enfant et demande instamment au gouvernement du Soudan du Sud de faire en sorte qu'ils soient tenus pour responsables.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Soudan du Sud : le PAM salue la réouverture du Nil pour acheminer l'aide alimentaire

Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) s'est félicité lundi de la première livraison d'aide alimentaire au Soudan du Sud par voie fluviale via le Nil depuis des années.