Ebola : de retour d’Afrique de l’Ouest, Ban Ki-moon appelle à redoubler d’efforts contre l’épidémie

22 décembre 2014

Citant l'exemple « mémorable et touchant » d'une infirmière de Sierra Leone qui, après avoir contracté le virus Ebola, a immédiatement repris son travail une fois guérie, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a appelé lundi à prendre exemple sur une telle détermination afin de redoubler d’efforts pour mettre fin à l'épidémie en Afrique de l'Ouest.

Lors d’une conférence de presse organisée au Siège des Nations Unies à New York, M. Ban a fait le point sur sa visite dans la région la semaine précédente, au cours de laquelle il s’est rendu en Guinée, au Libéria, au Mali, en Sierra Leone et au Ghana pour s’assurer que la réponse apportée par l'ONU soit « rapide, efficace et complète ».

« Au cours des derniers jours, j’ai été le témoin d'immenses souffrances », a-t-il déclaré. « Ebola est une maladie terrible qui nie l'humanité de ses victimes et stigmatise ses survivants. Mais j’ai aussi vu des actes surhumains de bonté et de soutien ».

« Lorsque les stratégies d'isolement des patients, de traitement, de recherche des membres de leurs familles et d'enterrement sécurisé et digne sont mises en œuvre, cela fonctionne », a déclaré M. Ban, se félicitant des progrès qu’il a constaté sur le terrain et du ralentissement de la transmission du virus dans de nombreuses endroits. « Certaines régions qui étaient autrefois des points chauds de l’épidémie, tel que le comté de Lofa au Libéria, ont été débarrassées d'Ebola depuis plusieurs semaines ».

M. Ban s’est souvenu d’une « rencontre particulièrement mémorable et émouvante » dans une unité locale de traitement d’Ebola en Sierra Leone avec une infirmière nommée Rebecca Johnson, qui a contracté la maladie, y a survécu et s’est immédiatement portée volontaire pour reprendre son activité. Le Secrétaire général s’est également remémoré sa rencontre, à cette occasion, avec d'autres patients brandissant fièrement leur certificat attestant d’une rémission totale du virus.

« L'engagement de l'infirmière Johnson devrait tous nous inciter à en faire plus pour mettre fin à l'épidémie et pour arrêter les stigmatisations auxquelles cette femme ainsi que tant d’autres victimes et le personnel soignant sont confrontés », a-t-il ajouté.

Alors que les dernières données statistiques régionales de l'OMS sur l'épidémie font état de 19.340 malades et 7.418 morts, le Secrétaire général a insisté sur la nécessité de faire évoluer la réponse apportée à l’épidémie en même temps que cette dernière, notant que le mode de propagation du virus est passé de l’épicentre à la dispersion géographique.

Notant également que la mobilisation pour lutter contre le virus est de plus en plus importante, M. Ban a déclaré : « Nous ne pouvons pas nous permettre de passer à côté d’un seul cas ».

Tout en appelant les acteurs impliqués dans cette lutte à intensifier leurs efforts, le Secrétaire général a ajouté qu’il avait demandé au système des Nations Unies, et notamment au Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), de planifier la reprise dans la région. « Cela signifie le rétablissement des services essentiels, le retour des enfants à l'école, le retour des populations au travail, la reconstruction des économies dévastées et la prise en charge de milliers d'orphelins ».

« J’ai l'intention d'engager les États membres dans un effort sérieux pour voir ce que nous pouvons faire pour empêcher la propagation d’un prochain virus – dont la venue future ne fait aucun doute », a poursuivi M. Ban, soulignant le besoin pour la communauté internationale de disposer d’alertes préventives et de moyens de réponse rapides.

Mais aujourd'hui, « notre objectif immédiat est simple: zéro malade », a-t-il insisté, soulignant à nouveau la nécessité de disposer davantage de ressources et d'aide pour les pays et les personnes touchées par Ebola.

De son côté, la Mission des Nations Unies pour l'action d'urgence contre Ebola (UNMEER) a annoncé lundi que le décompte des bulletins de vote au Libéria est en train d’être réalisé, suite aux élections sénatoriales qui ont eu lieu samedi 20 décembre.

Selon l’UNMEER, le taux de participation au scrutin a été faible, de nombreux électeurs ayant choisi de rester à l’écart des urnes dans le contexte actuel. « Ceux qui se sont rendus dans les bureaux de vote se sont fait prendre leur température et ont été instruits de se tenir à un mètre de distance les uns des autres et de se laver les mains avant et après le vote ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Ebola : de visite en Afrique de l'Ouest, Ban Ki-moon se dit « prudemment optimiste »

Alors qu'il entame une série de visites dans les pays d'Afrique de l'Ouest les plus touchés par l'épidémie d'Ebola, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a déclaré vendredi à Monrovia avoir des raisons d'être « prudemment optimiste » quant à l'issue de cette crise sans précédent, qui a fait environ 18.000 malades et tué près de 7000 personnes dans la région.