RDC : le HCR condamne les massacres de civils à Beni et réclame un accès humanitaire

19 décembre 2014

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) s'est dit fortement préoccupé vendredi par les massacres de civils et autres violations des droits de l'homme actuellement en cours à Beni, en Républiques démocratique du Congo (RDC).

« Plusieurs attaques au cours des trois derniers mois ont instauré un climat de peur généralisée et provoqué des déplacements » aux environs de la ville de Beni dans la province du Nord-Kivu, a déploré un porte-parole du HCR, Adrian Edwards, lors d'un point de presse à Genève. « Nous lançons un appel pour l'obtention d'un accès humanitaire afin d'aider les populations en détresse ».

« Nous disposons de témoignages crédibles qu'au moins 256 personnes, dont des enfants, ont été tuées lors d'attaques à la machette et à la hache depuis le mois d'octobre », a déclaré le porte-parole, précisant que les rapports font état toutes les semaines de nouveaux massacres par des groupes armés. « Au moins 52 personnes ont été massacrées dans des villages (Ahili, Manzanzaba et Mulobya Kuisikivi) près de Oicha à l'ouest de Beni, les 7 et 8 décembre, et une semaine plus tard 19 personnes ont été tuées à proximité ».

Selon le HCR, la violence s'est également propagée vers le nord dans la Province Orientale, où sept personnes ont été tuées et leurs villages (Iziro, Mapasana et Meliota, à quelques 25 kilomètres de la frontière avec le Nord-Kivu) ont été brûlés dans la nuit du 16 au 17 décembre.

« La violence a entraîné des pics de déplacement dans la ville de Beni et dans les environs », a indiqué le HCR, précisant que 88 000 personnes au total ont été déplacées et vivent actuellement dans des écoles, des églises ou des familles d'accueil.

Les survivants bénéficient de peu de protection contre la violence et n'ont reçu pratiquement aucune aide, a déploré le HCR, ajoutant qu'ils ont besoin d'abris, de matériel de secours ainsi que d'un accès aux services de santé, à l'eau potable et aux écoles. « C'est d'autant plus préoccupant dans une région à forte prévalence du paludisme, de la typhoïde, de l'anémie, de la malnutrition et de la diarrhée ».

« Nous avons besoin d'un accès sûr à ces zones pour établir une présence humanitaire et pour aider la population traumatisée », a déclaré le HCR, ajoutant que jusqu'à présent, cet accès s'est révélé relativement difficile.

Le HCR a appelé le gouvernement de la RDC à protéger la population civile à Beni et dans les environs et à permettre aux organisations humanitaires d'accéder aux zones touchées. « Nous exhortons également la Mission de maintien de la paix des Nations Unies MONUSCO à accroître sa capacité et sa présence afin de protéger les civils à Beni et dans les villages voisins, et à appeler toutes les parties à rechercher une solution pacifique au conflit et respecter les droits de l'homme fondamentaux ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le chef de la MONUSCO exprime sa solidarité à la population victime d'attaques à Beni

A l'issue d'une visite de deux jours à Beni et Eringeti (Nord-Kivu), qui ont été récemment victimes d'attaques par des rebelles des Forces démocratiques alliées (ADF), le chef de la Mission des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUSCO), Martin Kobler, a réaffirmé vendredi l'engagement de l'ONU à lutter contre les groupes armés.