Ban Ki-moon appelle les Etats à financer « généreusement » le Fonds central d'intervention d'urgence

17 décembre 2014

Le Fonds central d'intervention d'urgence (CERF) est l'un des outils les plus efficaces dont dispose l'ONU pour aider les populations à faire face aux effets immédiats et dévastateurs des catastrophes naturelles, des conflits armés et des situations d'urgence chroniques, s'est félicité mercredi le Secrétaire général de l'Organisation, Ban Ki-moon.

« L'aide humanitaire est l'une des fonctions les plus importantes de l'Organisation des Nations Unies », a déclaré M. Ban lors de la conférence annuelle de haut niveau pour le CERF, au siège des Nations Unies à New York.

Face à la nécessité d'agir « dans les tous premiers jours qui suivent une catastrophe, ou lorsque les populations sont sérieusement à cours de provision, nous avons besoin de fonds d'urgence, et nous en avons besoin rapidement », a déclaré le chef de l'ONU, saluant sur ces points l'efficacité du CERF dans la réponse qu'il permet d'apporter au lendemain des catastrophes.

« Rien que cette année, les ressources du CERF ont permis de soutenir les populations en crise de 44 pays, de l'Irak au Myanmar, en passant par l'Ukraine et le Guatemala », s'est félicité le Secrétaire général.

Face aux crises graves au Soudan du Sud et en République centrafricaine, le « CERF a aidé les agences humanitaires à protéger les familles et à nourrir et vacciner leurs enfants », a-t-il ajouté.

« En Avril, les fonds du CERF ont aidé à mettre en place la réponse d'urgence à l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest. Puis, en Août, lorsque les compagnies aériennes ont réduit leurs vols commerciaux, les ressources du CERF ont permis le transport par le Service aérien humanitaire de l'ONU de personnel médical et de provisions dans des zones éloignées en Guinée, au Liberia, au Nigeria et en Sierra Leone ».

M. Ban a précisé qu'environ 170 millions de dollars en provenance du CERF en ont été alloués « à des crises négligées dans 22 pays », la plupart d'entre elles dans les régions du Sahel et de la Corne de l'Afrique.

« Près des deux tiers des États membres ont contribué au CERF, dont le Mali, pour la première fois cette année », s'est félicité le Secrétaire général, ajoutant que de nombreux donateurs, comme le Mali, sont également les bénéficiaires des fonds du CERF.

« Jusqu'à présent en 2014, les États membres ont fait don de plus de 460 millions de dollars pour les opérations de CERF », a expliqué M. Ban, soit plus que l'objectif de 450 millions de dollars initialement ciblé.

Le Secrétaire général a invité les Etats Membres à « contribuer généreusement » au CERF en 2015. « Avec votre soutien, nous allons une nouvelle fois dépasser notre objectif d'atteindre les 450 millions de dollars pour l'année à venir », a-t-il conclu.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.