La FAO se félicite d'une nouvelle dynamique mondiale pour éradiquer la malnutrition

21 novembre 2014

Lors de la séance de clôture de la deuxième Conférence internationale sur la nutrition (CIN2), le Directeur général de L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), José Graziano da Silva, a souligné vendredi que le temps est venu d'être audacieux pour relever le défi de la « faim zéro » et assurer une nutrition adéquate pour tous.

« La malnutrition est la principale cause de maladies dans le monde. Si la faim était une maladie contagieuse, elle aurait déjà été éradiquée » a affirmé M. Graziano da Silva devant les délégués de plus de 170 gouvernements rassemblés au siège de l'agence onusienne à Rome.

Les gouvernements se sont engagés à mettre en place des politiques nationales visant à l'éradication de la malnutrition sous toutes ses formes et à transformer les systèmes alimentaires de manière à garantir des régimes alimentaires nutritifs pour tous. Plus de 2.200 personnes ont pris part à cette Conférence dont 150 représentants de la société civile et une centaine du secteur privé.

« Nous allons avoir une décennie de la nutrition », s'est félicité le chef de la FAO, en faisant référence à la prochaine Expo Milan 2015 dont le thème sera la nutrition. Il a, d'autre part, noté que la sécurité alimentaire et nutritionnelle figurera en bonne place dans l'Agenda du développement de l'après-2015 des Nations Unies qui doit remplacer les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) dans le courant de l'année prochaine.

« Cette Conférence sur la nutrition marque le commencement de nos efforts renouvelés », a dit le Directeur général de la FAO. « Elle sera reconnue comme ayant permis de porter la nutrition dans la sphère publique, la traitant de ce fait comme un bien public et non privé ».

De son côté, le Sous-directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Oleg Chestnov, qui dirige la section chargée des maladies non transmissibles et santé mentale, a déclaré que les engagements politiques pris à la CIN2 – les premiers à inclure des solutions concernant la malnutrition sous toutes ses formes, de la faim à l'obésité – constituent un jalon décisif.

« Nous sommes impatients de travailler avec nos Etats membres et la FAO afin de lancer, sans délai, des politiques et des initiatives susceptibles de changer la vie à des millions de personnes », a indiqué M. Chestnov.

Au cours de cette conférence, organisée conjointement par la FAO et l'OMS, la Directrice générale de l'OMS, Dr. Margaret Chan, et M. Graziano da Silva ont souligné l'importance de la collaboration intersectorielle en vue de relever les défis nutritionnels en ce 21e siècle. Mais ils ont bien fait valoir que la lutte contre la malnutrition doit, avant tout, être menée par les gouvernements nationaux par des engagements concrets et des critères d'évaluation.

La Conférence a permis l'adoption de la Déclaration de Rome sur la nutrition et de son Cadre d'action qui propose une série d'options politiques et de stratégies pour combattre la malnutrition et des recommandations pour placer les objectifs d'une alimentation saine et d'un environnement durable au centre de la production et de la distribution alimentaires et ce, du producteur au consommateur.

Ces deux documents sont l'aboutissement d'un an de délibérations incluant la société civile et le secteur privé. Le Directeur général de la FAO a souligné que la société civile et le secteur privé étaient des alliés de taille dans la lutte contre la malnutrition en raison de leurs rôles respectifs à l'égard de la responsabilisation des gouvernements et de la disponibilité des denrées alimentaires au profit des consommateurs.

« Nous avons besoin d'un financement suffisant pour mettre en pratique le Cadre d'action de la CIN2 », a rappelé M. Graziano da Silva en s'adressant aux délégués. « Et ce n'est pas une mince affaire ».

Pour aider les gouvernements à transformer leurs engagements en réalisations concrètes, la FAO a créé le Fonds d'affectation spéciale de la FAO pour l'action en faveur de la nutrition qui doit mobiliser des ressources pour financer des programmes et des projets garantissant des environnements propices à la nutrition. De tels projets doivent promouvoir des systèmes alimentaires durables et des échanges commerciaux favorables à la nutrition. Ils doivent également tendre à améliorer l'information sur la nutrition et la sécurité sanitaire des aliments tout en intégrant la nutrition dans le cadre d'amortisseurs sociaux plus solides.

Concernant l'obligation de rendre des comptes ainsi que le recommande la CIN2, le Fonds aidera les pays à mettre en place des mécanismes de suivi et de responsabilisation quant aux progrès relatifs aux engagements pris.

Le comité de pilotage du Fonds sera hébergé à la FAO et comprendra, entre autre, des représentants des bailleurs de fonds, de la société civile et du secteur privé.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Plus de 170 pays s'engagent à adopter des politiques pour mieux combattre la malnutrition - FAO

Dans le cadre d'une importante initiative visant à éliminer la malnutrition au plan mondial, les responsables politiques de plus de 170 pays ont pris mercredi des engagements concrets en adoptant une série de recommandations concernant des politiques et des investissements pour garantir à tous une alimentation plus saine et durable.