L'UNESCO déplore le meurtre d'un jeune journaliste péruvien

14 novembre 2014

La Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a dénoncé vendredi le meurtre d'un jeune journaliste commis le 9 novembre à San Vicente de Cañete, au Pérou, et a demandé que ce crime fasse l'objet d'une enquête.

Agé de 22 ans, Fernando Raymondi Uribe a été abattu par deux hommes armés au cours d'une visite à l'épicerie de son père à San Vicente de Cañete, une ville située au sud de Lima. Encore étudiant en journalisme à l'Université de Lima, Fernando Raymondi Uribe travaillait pour l'hebdomadaire péruvien Caretas.

« Je condamne le meurtre de Fernando Raymondi Uribe », a déclaré la Directrice générale de l'UNESCO.

« Sa mort constitue une perte pour la société toute entière et je suis sûre qu'une enquête approfondie permettra aux autorités de traduire les responsables de ce crime en justice afin que justice soit rendue. Il s'agit aussi de dissuader ceux qui pensent pouvoir utiliser la violence pour limiter l'accès du public à l'information », a-t-elle ajouté.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Mexique : l'UNESCO condamne le meurtre d'une journaliste citoyenne

La Directrice-générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a réclamé lundi une enquête sur le meurtre de Maria del Rosario Fuentes Rubio, une journaliste citoyenne de la ville de Reynosa, dans l'Etat de Tamaulipas au Mexique.