Burkina Faso : le chef de l'ONU appelle à une transition démocratique menée par les civils

4 novembre 2014

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a une nouvelle fois appelé mardi à une transition inclusive menée par les civils au Burkina Faso et conduisant à la restauration complète de l'ordre constitutionnel à travers des élections démocratiques.

« Le Secrétaire général continue d'être très préoccupé par la crise actuelle au Burkina Faso et par son impact sur la stabilité nationale et régionale », a souligné son porte-parole adjoint, Farhan Haq, lors d'un point de presse au siège des Nations Unies à New York.

Dans le cadre de ses consultations, la délégation conjointe des Nations Unies, de l'Union africaine et de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) a rencontré lundi le Président du Ghana, John Dramani Mahama, en sa capacité de Président de l'Autorité des chefs d'Etat et de gouvernement de la CEDEAO.

Le Représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU pour l'Afrique de l'Ouest, Mohammed Ibn Chambas a également rencontré le Président togolais, Faure Gnassingbe, dans la capitale togolaise Lomé, pour l'informer de l'évolution des consultations actuelles. « Tous les interlocuteurs ont convenu que le processus de transition au Burkina Faso doit respecter les dispositions constitutionnelles », a dit Farhan Haq.

« La délégation conjointe est retournée à Ouagadougou pour poursuivre ses contacts avec toutes les parties avec pour objectif d'arriver à un accord qui restaure l'ordre constitutionnel et permette une transition démocratique menée par les civils », a-t-il ajouté. « La délégation conjointe est encouragée par la détermination des parties à résoudre la crise de manière pacifique et conformément à la constitution nationale. »

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.