Somalie : la FAO lance des opérations d'urgence pour empêcher une dégradation de la sécurité alimentaire

31 octobre 2014

L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a prévenu vendredi que suite à une saison des pluies médiocre en Somalie, plusieurs régions méridionales du pays subissent actuellement de fortes inondations ce qui accentue la situation déjà alarmante de la sécurité alimentaire.

Alors que le désastre provoqué par la famine de 2011 est encore présent dans tous les esprits, la Somalie se retrouve une fois de plus plongée dans une crise humanitaire. Plus d'un million de Somaliens ont à présent besoin d'une aide d'urgence, soit 20% de plus qu'il y a à peine six mois. La sécurité alimentaire de deux autres millions de personnes est sérieusement menacée.

En Somalie, l'agriculture se développe essentiellement le long des berges des fleuves Djouba et Chébéli, les deux seuls cours d'eau pérennes du pays, qui prennent leur source en Ethiopie et d'où ils reçoivent 90% de leur débit. Lorsque ces fleuves sortent de leur lit, les dégâts aux cultures risquent d'être importants, a affirmé la FAO.

« Nous nous trouvons devant une occasion unique qu'il convient de saisir tout de suite pour éviter de se retrouver dans la même situation qu'il y a quatre ans », a déclaré le Chef par intérim du Bureau de la FAO en Somalie, Luca Alinovi, dans un communiqué de presse.

Près de 260.000 personnes sont mortes durant la famine de 2010-2012 en Afrique orientale dont plus de la moitié des enfants de moins de cinq ans. Triste bilan d'une famine provoquée par de fortes sécheresses aggravées par l'aide humanitaire inadéquate et les difficultés d'accès rencontrées par les organisations humanitaires.

Beaucoup d'indicateurs actuels sur la sécurité alimentaire en Somalie ressemblent ou sont plus inquiétants que ceux enregistrés lors de la période ayant précédé cette famine.

« Si nous avons appris quelque chose du désastre causé par la famine de 2011, c'est que les signaux d'alerte précoce doivent nous inciter à agir immédiatement », a souligné le Représentant régional pour l'Afrique, Bukar Tijani.

« Nous savons par expérience que des réponses rapides aux alertes précoces sont essentielles pour prévenir les catastrophes et sont en définitive moins coûteuses que les réponses apportées après l'éclatement d'une crise humanitaire », a-t-il ajouté.

La FAO a indiqué qu'elle s'apprête à fournir une assistance à 35.000 familles, soit près de 210.000 personnes, durant la deuxième saison des pluies annuelle qui a lieu actuellement. L'objectif consiste à redistribuer du bétail, élargir les campagnes de vaccination des animaux de ferme, fournir des intrants pour l'agriculture et du matériel pour la pêche et développer les programmes argent-contre-travail.

La FAO a commencé à distribuer des bons à près de 22.500 familles pour l'achat d'environ 4000 tonnes de semences produites localement et destinées à aider les agriculteurs à obtenir une récolte plus abondante en janvier.

L'agence onusienne a souligné qu'elle a besoin de 49 millions de dollars supplémentaires pour étendre son aide à 58.000 ménages à risque et continuer à fournir une assistance à ces familles tout au long du premier semestre 2015.

Il s'agit de mettre en œuvre des programmes argent-contre-travail, de distribuer des intrants agricoles aux ménages ruraux et du bétail aux populations pastorales et agropastorales sinistrées, ainsi que du matériel pour la pêche dans les eaux intérieures et côtières. Il convient également de soigner le cheptel et d'élargir les campagnes de vaccination pour englober 8 millions de têtes de bétail (contre 2 millions actuellement) afin de renforcer la résistance aux maladies des animaux affaiblis par les séquelles des sécheresses prolongées.

Avant les inondations, des pluies insuffisantes ayant affecté la production céréalière et l'élevage et la poursuite des conflits, qui perturbent le transport des marchandises, avaient contribué à la hausse des prix.

La production céréalière a régressé de 30 percent par rapport à la moyenne sur cinq ans et les prix des céréales ont quadruplé dans certaines parties du pays entre janvier et juillet 2014.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

En visite en Somalie, les chefs de l'ONU et de la Banque mondiale réitèrent leur soutien

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, et le Président de la Banque mondiale, Jim Yong Him, ont effectué mercredi une visite dans la capitale somalienne Mogadiscio, au cours de laquelle ils ont réitéré leur soutien au processus de transition de la Somalie et aux efforts visant à renforcer la paix, la sécurité et le développement dans la Corne de l'Afrique.