Burkina Faso : le chef de l'ONU appelle au calme et envoie un émissaire dans le pays

30 octobre 2014

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a déclaré jeudi suivre avec une profonde préoccupation l'évolution de la situation au Burkina Faso et a décidé d'envoyer un émissaire dans ce pays pour tenter d'aider à ramener le calme.

Selon la presse, des milliers de manifestants, rejoints par des soldats, faisaient le siège du palais présidentiel à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, jeudi 30 octobre. La foule a incendié dans la matinée l'Assemblée nationale et pris d'assaut la télévision publique, laquelle a cessé d'émettre.

Le chef de l'ONU « appelle toutes les parties à mettre fin à la violence, à faire preuve de calme et de retenue, et à renouer le dialogue pour résoudre toutes les questions en suspens », a dit son porte-parole dans un communiqué de presse.

« Le Secrétaire général regrette les pertes en vies humaines. Il a demandé à son Représentant spécial pour l'Afrique de l'Ouest, Mohamed Ibn Chambas, de se rendre au Burkina Faso demain et se réjouit que cette mission soit conduite conjointement avec l'Union africaine et la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) », a-t-il ajouté.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le Burkina Faso affirme son engagement à soutenir les opérations de maintien de la paix

Le Ministre des affaires étrangères du Burkina Faso, Djibrill Yipene Bassolé, s'est félicité lundi, à la tribune de l'Assemblée générale des Nations Unies, des progrès réalisés pour rétablir la paix et la stabilité au Mali.