Au Kenya, Ban participe au lancement d'une campagne pour mettre fin à la mutilation génitale féminine

30 octobre 2014

A l'occasion de son séjour au Kenya dans le cadre d'une tournée dans la Corne de l'Afrique, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a participé jeudi à Nairobi au lancement dans ce pays d'une campagne médiatique, organisée par le quotidien britannique The Guardian, pour mettre fin à mutilation génitale féminine.

« Le changement peut se produire grâce à une attention médiatique soutenue sur les conséquences désastreuses en matière de santé publique de la mutilation génitale féminine, ainsi que sur les violations des droits de centaines de milliers de femmes et de jeunes filles à travers le monde », a dit M. Ban lors du lancement de cette campagne au Kenya.

The Guardian a lancé des campagnes similaires au Royaume-Uni, aux Etats-Unis et en Gambie. Selon le Secrétaire général de l'ONU, cela montre « le rôle crucial des médias à travers le monde » pour aider à mettre fin à la mutilation génitale féminine. Il a salué le gouvernement du Kenya pour l'intensification de ses efforts pour faire cesser cette pratique.

Le chef de l'ONU a annoncé deux initiatives pour soutenir les médias au Kenya et dans le reste de l'Afrique à couvrir ce sujet.

Un Prix international de reportage sera décerné conjointement par The Guardian et le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) à un journaliste africain qui a montré imagination et engagement à couvrir le sujet de la mutilation génitale féminine. Le gagnant passera deux mois aux bureaux du Guardian à Londres.

En outre, au Kenya, cinq bourses de reportage FNUAP-Guardian seront décernées à plusieurs organisations médiatiques dans ce pays pour les aider à couvrir le sujet de la mutilation génitale féminine.

« La mutilation des jeunes filles et des femmes doit cesser pour cette génération, notre génération. Il faut aussi encourager les hommes et les garçons à soutenir le combat contre la mutilation génitale féminine et il faut les féliciter quand ils le font », a dit Ban Ki-moon.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'UNICEF appelle à renforcer la lutte contre les mutilations génitales féminines, l'excision et les mariages précoces

Des données publiées mardi par Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) montrent que si la prévalence des mutilations génitales féminines/l'excision (MGF/E) et du mariage précoce a légèrement diminué au cours des trois dernières décennies, une intensification considérable des efforts menés actuellement est nécessaire pour compenser la croissance démographique des pays où ces pratiques sont très répandues.