Ukraine : l'ONU juge qu'on est encore loin d'une paix durable

24 octobre 2014

A l'occasion d'une réunion du Conseil de sécurité sur la situation en Ukraine, le Sous-Secrétaire général des Nations Unies aux affaires politiques, Oscar Fernandez-Taranco, et le Sous-Secrétaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Ivan Simonovic, ont estimé vendredi que les résultats des efforts pour mettre fin au conflit restaient mitigés.

« Il est apparu clairement au cours des semaines passées que malgré les accords déterminants conclus à Minsk, nous sommes encore loin de leur mise en œuvre complète et donc encore loin d'une paix durable en Ukraine », a dit M. Fernandez-Taranco devant les membres du Conseil.

Il a salué les récentes discussions sur le conflit en Ukraine en marge de la réunion Asie-Europe les 16 et 17 octobre à Milan, en Italie. « La poursuite de discussions bilatérales entre les Présidents ukrainien et russe sur les moyens de mettre en œuvre complètement le Mémorandum et le Protocole de Minsk reste cruciale », a-t-il déclaré.

M. Fernandez-Taranco a rappelé que le Secrétaire général de l'ONU restait déterminé à utiliser ses bons offices pour aider à résoudre ce conflit. « Nous ne pouvons pas et il ne faut pas que nous laissions l'est de l'Ukraine devenir le dernier d'une série de 'conflits gelés' en Europe », a-t-il ajouté.

M. Simonovic a également estimé que « la mise en œuvre de l'accord de cessez-le-feu du 5 septembre restait fragile ». Il a noté que le nombre de morts parmi les militaires et les civils continuait d'augmenter.

« Toutefois, l'accord de cessez-le-feu du 5 septembre représente toujours l'opportunité la plus importante pour une solution pacifique à la situation dans l'est » de l'Ukraine, a-t-il ajouté.

« Alors que les Ukrainiens se préparent pour les élections législatives de dimanche, nous appelons les autorités à garantir que celles-ci se déroulent d'une manière libre, juste et ouverte et dans une atmosphère de tolérance, de paix et de respect des droits de l'homme pour tous », a encore dit M. Simonovic.

De son côté, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a indiqué vendredi qu'il était engagé dans une course contre la montre pour aider les déplacés les plus vulnérables à faire face aux conditions hivernales.

« Les combats dans l'est, et la pénurie des services essentiels qui en résultent, continuent à chasser les gens de leurs maisons », a déclaré un porte-parole du HCR, Adrian Edwards, lors d'une conférence de presse à Genève.

Il a souligné que le besoin d'aide humanitaire s'accroit, en particulier dans les villes de Donetsk, Kharkiv et Kiev ainsi que dans les régions de Dnipropetrovsk et Zaporizhzia. La population des déplacés internes en Ukraine est estimée à 430.000 personnes, soit 170.000 de plus qu'au début du mois de septembre.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Ukraine : au moins 331 personnes tuées depuis le début du cessez-le-feu, selon l'ONU

A l'occasion de la publication mercredi d'un nouveau rapport des Nations Unies sur la situation en Ukraine, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, a souligné que malgré un cessez-le-feu fragile, le conflit dans l'est de ce pays continuait d'affecter les cinq millions d'habitants de la région.