Madagascar : l'ONU rejette la remise en cause de la légitimité des institutions par l'ex-Président Ravalomanana

16 octobre 2014

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a pris acte du retour à Madagascar de l'ancien Président Marc Ravalomanana le 13 octobre et a rejeté les propos remettant en cause la légitimité des institutions issues des récentes élections, que M. Ravalomanana a tenus lors de sa conférence de presse.

« Le Secrétaire général insiste sur l'obligation de respecter le gouvernement démocratiquement élu et l'état de droit », a dit son porte-parole dans une déclaration à la presse.

« Le Secrétaire général appelle tous les acteurs politiques et toutes les parties prenantes à continuer à travailler ensemble en vue d'un processus de réconciliation nationale inclusif, la mise en œuvre intégrale de la Feuille de route de la SADC (Communauté de développement de l'Afrique australe), le renforcement de la gouvernance démocratique et la reprise économique pour le bien de tous les Malgaches », a-t-il ajouté.

Selon la presse, Marc Ravalomanana est revenu à Madagascar après plusieurs années d'exil en Afrique du Sud. Il a été condamné aux travaux forcés à perpétuité par contumace pour la mort d'une trentaine de manifestants abattus devant le palais présidentiel en 2009.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Madagascar : le risque de résurgence de l'invasion acridienne est considérable - FAO

L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a indiqué jeudi que l'invasion acridienne qui s'est propagée à travers Madagascar, menaçant les principales cultures vivrières de base et les pâturages, a été contenue mais ce succès est mis en péril par un manque de financements.