A Genève, Ban Ki-moon plaide pour un effort accru en faveur des millions de déplacés

1 octobre 2014

Alors que le monde compte actuellement 51 millions de réfugiés, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a plaidé mercredi jeudi à Genève pour un effort accru pour éviter les déplacements forcés.

« Jamais dans l'histoire des Nations Unies nous n'avons eu autant de réfugiés, de personnes déplacées et de demandeurs d'asile », a dit M. Ban dans un discours lors de la 65ème session du Comité exécutif du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) à Genève.

« Jamais les Nations Unies n'ont reçu autant de demandes pour une assistance alimentaire d'urgence et d'autres assistance humanitaires vitales », a-t-il ajouté. « Il y a 51 millions de réfugiés à travers le monde. Il y a plus de 3 millions de réfugiés syriens. »

Selon le Secrétaire général, « le monde doit faire davantage pour éviter les déplacements forcés, répondre aux causes profondes de ces déplacements, et soutenir des solutions pour ceux qui sont affectés. » « Cela nécessite davantage de ressources et davantage de leadership politique », a-t-il ajouté.

Ban Ki-moon a rappelé l'exemple de la crise au Soudan du Sud et la nouvelle approche adoptée par l'ONU, qui a accueilli près de 100.000 personnes dans ses bases à travers le pays.

« Les missions des Nations Unies ne sont pas conçues et ne sont pas équipées pour accueillir des centaines de milliers de personnes. C'est un énorme défi. Mais sans cette politique de portes ouvertes, je peux vous dire que des milliers de personnes seraient mortes », a-t-il ajouté.

Le Secrétaire général a également salué le projet du HCR de lancer une campagne mondiale pour mettre fin à l'apatridie au cours de la prochaine décennie. « J'appelle tous les Etats à la soutenir », a-t-il dit.

Alors qu'il était à Genève, le Secrétaire général a également participé à un forum de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

« La question n'est pas de savoir si ce commerce est important, mais comment le commerce peut être un catalyseur du développement durable et équitable », a dit Ban Ki-moon. « Nous devons promouvoir un commerce qui bénéficie à autant de gens que possible, particulièrement aux femmes, aux jeunes et aux défavorisés. »

« De nombreux pays parmi les pays en développement enclavés et les moins avancés ne bénéficient pas encore pleinement de l'accroissement du commerce mondial. Nous devons intégrer l'Afrique, les pays en développement enclavés et les moins avancés dans l'économie mondiale grâce à un commerce ouvert, équitable et sans discriminations », a-t-il ajouté.

Le Secrétaire général a appelé la communauté internationale à éviter le protectionnisme.

« Utilisons la puissance du commerce pour améliorer le bien-être des gens partout tout en gérant de manière prudente les ressources naturelles et les écosystèmes de la planète. Transformons la façon dont nous faisons du commerce en créant un environnement favorable au commerce et aux investissements qui aideront à créer un développement durable », a-t-il conclu.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Un expert de l'ONU sur les droits des déplacés en visite en Ukraine la semaine prochaine

Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits de l'homme des personnes déplacées internes, Chaloka Beyani, effectuera sa première visite officielle en Ukraine la semaine prochaine, du 16 au 25 septembre, à l'invitation du gouvernement ukrainien, pour collecter des informations sur le terrain sur la situation des déplacés dans le pays.