L'île Maurice plaide pour une protection accrue des océans

30 septembre 2014

Le Représentant permanent de la République de Maurice aux Nations Unies, Milan Jaya Nyamrajsingh, a affirmé mardi à la tribune de l'Assemblée générale que le programme de développement pour l'après-2015 doit établir comme priorités le respect des droits de l'homme, l'égalité et le développement durable.

Pour cela, il faut, selon le Représentant mauricien, s'appuyer sur quatre piliers, dont le développement social et économique inclusif, la viabilité environnementale, la paix et la sécurité.

« Pour soutenir le développement au niveau international, il est indispensable de mettre en place un régime international fondé sur une coopération qui facilite le transfert de technologies », a souligné M. Nyamrajsingh en ajoutant que cela est particulièrement pertinent pour les petits Etats insulaires en développement.

« Nous devons nous appuyer sur l'élan impulsé par le Sommet sur le climat de la semaine dernière pour relever les défis qui se posent au niveau mondial et auxquels nos nations sont particulièrement exposées », a-t-il affirmé.

M. Nyamrajsingh s'est félicité de la décision des Chefs de gouvernement du Commonwealth d'établir un « Centre pour le financement du climat », qui sera basé à Maurice. Jugeant que les océans étaient la dernière frontière du développement économique, il a annoncé que son pays s'était doté d'une feuille de route sur l'économie des océans, afin de réaliser le potentiel des ressources halieutiques tout en veillant au respect des écosystèmes marins.

L'île Maurice souhaite, selon son Représentant, que les Nations Unies adoptent une Stratégie mondiale pour les océans, qui fournirait des directives générales et un cadre institutionnel pour les plans élaborés au niveau national.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'UNESCO se félicite du bon résultat de l'exercice d'alerte au tsunami dans l'océan Indien

L'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), a annoncé vendredi que le Système d'alerte aux tsunamis mis en place sous l'égide de la Commission océanographique intergouvernementale (COI) dans l'océan Indien au lendemain de la catastrophe de décembre 2004 est opérationnel, suite à un exercice de simulation conduit par 24 pays riverains de l'océan Indien les 9 et 10 septembre.