Erythrée : la situation désastreuse en matière de droits de l'homme persiste - experte

30 septembre 2014

La Rapporteuse spéciale des Nations Unies sur la situation des droits de l'homme en Érythrée, Sheila B. Keetharuth, a prévenu que des violations des droits de l'homme continuent d'être commises à grande échelle dans ce pays, poussant des centaines d'Érythréens à quitter leur patrie à la recherche d'endroits plus sûrs où ils peuvent jouir de leurs droits fondamentaux.

« La situation désastreuse en matière de droits de l'homme en Érythrée persiste, » a déclaré Mme Keetharuth à la fin d'une mission de cinq jours en Italie, du 22 au 26 septembre 2014, afin de recueillir des informations de première main sur les réfugiés et les migrants érythréens.

Depuis le début de l'année, l'Italie a enregistré environ 135.000 nouveaux arrivants, dont 32.000 Erythréens, qui constituent le principal groupe parmi ces nouveaux arrivants.

« Beaucoup de ceux avec qui j'ai parlé sont arrivés en Italie après avoir bravé des dangers inimaginables à travers le désert et en mer », a dit la Rapporteuse spéciale. « J'apprécie le courage de ceux qui ont parlé avec moi en dépit de leur crainte de représailles contre eux-mêmes et leurs familles restées en Erythrée. »

« Les Érythréens fuient les violations systématiques et généralisées des droits de l'homme, à savoir la conscription forcée illimitée, les exécutions extrajudiciaires, les disparitions forcées, les arrestations et détentions arbitraires, la torture et les conditions de détention inhumaines, ainsi que la répression politique », a déclaré Mme Keetharuth.

Elle a également noté que la situation économique se détériorait et que beaucoup de familles auraient du mal à survivre sans le soutien des parents et amis de la diaspora.

Selon la Rapporteuse spéciale, « des mesures concrètes sont nécessaires d'urgence pour remédier à ces violations afin d'entraîner une diminution du nombre de départs ».

Vendredi, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a annoncé la nomination de Mike Smith, de l'Australie, et de Victor Dankwa, du Ghana, qui vont se joindre à la Rapporteuse spéciale comme membres de la Commission d'enquête chargée d'examiner toutes les allégations de violations des droits de l'homme en Erythrée.

La Rapporteuse spéciale a appelé le gouvernement érythréen, le peuple érythréen, dans et à l'extérieur du pays, ainsi que la communauté internationale, à coopérer avec la Commission d'enquête.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Une experte de l'ONU appelle la communauté internationale à se mobiliser en faveur des réfugiés érythréens

La Rapporteuse spéciale des Nations Unies sur la situation des droits de l'homme en Érythrée a réitéré jeudi son appel à la communauté internationale pour qu'elle redouble d'efforts pour aider les réfugiés en provenance de ce pays.