Le Yémen se dit déterminé à mener à bout sa transition démocratique

30 septembre 2014

Lors de son discours à l'Assemblée générale des Nations Unies, le Ministre des affaires étrangères du Yémen, Jamal Abdullah Al-Sallal, a indiqué lundi que la Commission constitutionnelle de son pays était sur le point d'achever le projet de constitution qui sera soumis à un référendum, une étape décisive de la transition démocratique lancé lors de la révolution de 2011.

M. Al-Sallal a souligné que son pays se trouvait devant des défis considérables suite aux récents évènements « très dangereux » avec le siège de la capitale, Sana'a, par des milices.

« Le gouvernement s'est efforcé de traiter cette question avec modération et sagesse pour endiguer cette nouvelle crise. Cependant, le groupe armé a opté pour la solution militaire et le saccage des maisons et autres biens publics et privés », a déclaré le Ministre en attribuant cette situation troublante à des tentatives désespérées de membres de l'ancien régime politique.

« Toutes les parties politiques doivent, en conséquence, faire preuve de sagesse et honorer leurs engagements en vertu de l'accord de réconciliation nationale issu de la Conférence sur le dialogue national », a-t-il ajouté.

Le Ministre yéménite a indiqué que 14,7 millions d'habitants avaient besoin d'une assistance humanitaire et que le pays accueillait en outre, environ un million de réfugiés de la corne de l'Afrique. Dans ce contexte, le gouvernement a accepté de stabiliser les prix des denrées de base et d'offrir une couverture sociale à environ 250.000 personnes, a-t-il dit.

Notant des améliorations dans la situation sécuritaire, même si elle demeure fragile, M. Al-Sallal a souligné que son pays avait souffert du terrorisme qui menace toute la région et le monde. Le gouvernement a aussi pris des mesures pour lutter contre les groupes terroristes dont 70% sont des étrangers. M. Al-Sallal a également réclamé une assistance internationale pour combattre ces groupes dans la région.

M. Al-Sallal a ensuite dénoncé la barbarie à laquelle le monde a assisté à Gaza et a espéré que le peuple palestinien puisse recouvrer ses droits. « Certains groupes armés profitent aussi de la grave situation qui prévaut en Syrie et en Iraq ou l'État islamique d'Iraq et du Levant (EIIL) commet des atrocités qui n'ont rien à voir avec l'Islam ou les communautés musulmanes », a-t-il affirmé.

Déplorant le report d'un accord sur un Moyen-Orient exempt d'armes nucléaires, il a appelé à l'octroi d'un siège permanent au Conseil de sécurité pour la région arabe car elle a un rôle vital à jouer dans la paix et la sécurité internationales. Il a aussi averti que faute de désarmement nucléaire, on risquait d'assister à une course effrénée à l'arme nucléaire au Moyen-Orient.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Yémen : l'ONU appelle les forces politiques à s'unir derrière le Président

Lors d'une réunion ministérielle du groupe des Amis du Yémen en marge du débat général de l'Assemblée générale de l'ONU, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a rappelé mercredi que depuis le soulèvement de 2011 le peuple yéménite a réalisé des avancées considérables vers l'établissement d'un État fédéral démocratique.