La Sierra Leone remercie la communauté internationale pour son aide contre Ebola

29 septembre 2014

Le Ministre des affaires étrangères de la Sierra Leone, Samura Kamara, a remercié lundi la communauté internationale, dans un discours à l'Assemblée générale des Nations Unies, pour son soutien contre l'épidémie d'Ebola qui frappe durement son pays et a souligné que l'épidémie n'était pas encore sous contrôle.

« Mon pays est en première ligne d'un des plus grands défis en termes de vie et de mort auquel est confrontée la communauté internationale », a dit M. Kamara. « Ebola est une menace comme jamais auparavant, non pas parce que quelque chose de semblable ne s'était jamais produit avant, mais parce que cette menace a muté en un phénomène pour lequel mon pays, ma région, et la communauté internationale étaient très mal préparés. »

« Notre population vit dans la peur et ne peut pas comprendre la nature d'une maladie qui tue et empêche les membres de la famille d'enterrer leurs proches », a-t-il ajouté.

M. Kamara a rappelé que son pays avait pris des mesures extraordinaires, y compris la déclaration de l'état d'urgence et une opération de confinement pendant trois jours pour que les éducateurs de santé puissent avoir accès à chaque foyer. « Aujourd'hui, la plupart de nos citoyens savent que le virus Ebola peut montrer les mêmes symptômes qu'une personne ayant le paludisme, la typhoïde, la diarrhée et d'autres maladies infectieuses, mais qu'il est beaucoup plus mortel. Il faut modifier les comportements pour contrer la transmission », a-t-il dit.

Au-delà de l'aspect sanitaire, l'épidémie a des conséquences dévastatrices pour l'économie de la Sierra Leone. « La suspension indéterminée de plusieurs projets de développement en cours, et les perturbations causées à l'agriculture, à l'exploitation minière, à l'industrie, à la construction, au tourisme, au commerce et aux transports en commun à la suite de l'épidémie d'Ebola, sapent maintenant la croissance et les perspectives du pays en matière de développement humain », a dit M. Kamara.

« Nous saluons les efforts considérables déployés par des pays ainsi que des organisations internationales et nationales qui ont promis des ressources pour notre lutte commune », a-t-il ajouté. Il a également salué la décision du Secrétaire général de l'ONU d'établir une mission sanitaire d'urgence pour lutter contre Ebola, la MINUAUCE.

Toutefois, il a estimé qu'il fallait faire plus. « Ebola court plus vite que nous », a-t-il souligné. « Ce n'est que lorsque le nombre de lits disponibles dépassera le nombre de cas que l'on pourra dire qu'Ebola est sous contrôle. C'est un combat pour nous tous; nous devons prouver que l'humanité est à la hauteur de ce nouveau défi à notre existence collective. »

Le Ministre des affaires étrangères a également appelé l'Assemblée générale à « faire entendre sa voix » sur les suspensions de vols par des compagnies aériennes et sur les restrictions au commerce visant les pays touchés par Ebola.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Ban Ki- moon : « le monde peut et doit stopper Ebola, maintenant »

A l'occasion d'une réunion de haut niveau sur l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest au siège des Nations Unies à New York, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a appelé jeudi la communauté internationale à être solidaire avec les pays les plus touchés, la Guinée, le Libéria et la Sierra Leone.