Le Burkina Faso affirme son engagement à soutenir les opérations de maintien de la paix

29 septembre 2014

Le Ministre des affaires étrangères du Burkina Faso, Djibrill Yipene Bassolé, s'est félicité lundi, à la tribune de l'Assemblée générale des Nations Unies, des progrès réalisés pour rétablir la paix et la stabilité au Mali.

« La médiation de la CEDEAO aura permis le rétablissement de l'ordre constitutionnel et la tenue d'élections libres et démocratiques sur toute l'étendue du territoire national », a affirmé M. Bassolé, en soulignant que son pays soutient les efforts déployés par l'Algérie pour la paix au Mali, conformément à l'Accord préliminaire de Ougadougou du 18 juin 2013 pour rétablir la cohésion entre les communautés maliennes.

Le ministre burkinabé a indiqué que dans la région du Sahel, les conflits armés se complexifient et se radicalisent en raison de l'émergence de l'extrémisme violent et du terrorisme, qui selon lui, sont étroitement associés au crime organisé, notamment dans les domaines du trafic de stupéfiants, du trafic d'armes et du trafic d'êtres humains.

« Ces fléaux nous interpellent sur notre responsabilité commune dans la lutte pour leur éradication », a déclaré M. Bassolé en expliquant qu'il fallait s'attaquer aux causes profondes de cette émergence de groupes criminels, citant la pauvreté, le chômage des jeunes et le déni de droit et de justice.

Le Ministre des affaires étrangères a rappelé que d'autres pays connaissaient également des situations de crise, dont la Somalie, la Libye, le Soudan du Sud, la République démocratique du Congo, le Soudan du Sud, le Nigéria ou encore la République centrafricaine.

« S'agissant de la République centrafricaine, le Burkina Faso se félicite de la tenue du Forum de Brazzaville qui s'est conclu par un Accord de cessation des hostilités. Mon pays soutient le gouvernement de transition, se félicite de la mise en place effective de la MINUSCA et réitère sa disponibilité à contribuer aux efforts de rétablissement et de maintien de la paix », a déclaré M. Bassolé.

Le Ministre a souligné l'impérieuse nécessité de restaurer et de maintenir un environnement de paix et de stabilité en Afrique de l'Ouest, faute de quoi les efforts de développement et d'intégration resteront vains.

« Comme il l'a toujours fait, le Burkina Faso continuera à participer à l'action collective de maintien de la paix, notamment au Darfour, au Mali, en Guinée Bissau, en RDC et en Haïti », a expliqué M. Bassolé.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Mali : l'ONU appelle les groupes armés à respecter leur engagement et à déposer les armes

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a appelé samedi les groupes armés du Mali à déposer les armes et à régler leurs différends par le dialogue, comme ils s'y sont engagés lors de la signature en juillet d'une feuille de route et d'un accord de cessation des hostilités.