Le Tchad déclare que la résolution de conflits en Afrique est sa priorité

24 septembre 2014

Lors de son discours devant l'Assemblée générale des Nations Unies, le Président du Tchad, Idriss Déby Itno, a souligné mercredi que son pays continuait de contribuer à la paix et à la réconciliation en Afrique, notamment dans la région du Darfour, au Soudan, au Mali, ou en République centrafricaine.

« Cet engagement s'est matérialisé par l'organisation sur son territoire, à Amdjaress, du Forum de paix et de réconciliation entre les frères ennemis du Darfour », a rappelé M. Déby.

« Le Tchad se félicite de l'organisation du Forum de Brazzaville sur la réconciliation et le dialogue inclusif entre les frères centrafricains auquel il a pris une part active dans la recherche de solutions aux crises », a-t-il ajouté.

Le Président tchadien s'est aussi réjoui du dialogue inter-malien et a noté avec satisfaction le processus de réconciliation engagé au Soudan du Sud pour ramener les Sud-Soudanais « à fumer le calumet de la paix ».

M. Déby a indiqué que la décision de créer des mécanismes tels que la « Capacité africaine de réaction immédiate aux crises », ou la « Force régionale africaine sur la Sahel-Sahara et l'Afrique centrale » procède de cette volonté régionale et continentale de barrer la route au phénomène du terrorisme. Il a aussi exhorté les pays de la Commission du Bassin du Lac-Tchad à prendre les mesures nécessaires pour rendre opérationnelle la Force multinationale conjointe en vue de lutter contre les activités terroristes de Boko Haram.

Le Chef de l'État tchadien a par ailleurs constaté que la « Libye Nouvelle » peine à exister depuis la chute du régime Khadafi et a souligné que les « frères libyens » des différentes composantes politiques et sociales doivent comprendre que la paix ne peut provenir que des Libyens eux-mêmes.

En tant que pays voisin de la Libye, de la République centrafricaine, du Soudan et du Nigéria, le Tchad accueille des centaines de milliers de réfugiés qui ont fui les conflits ou la violence perpétrée par des groupes terroristes, a souligné M. Déby.

« Nous comptons, depuis 2003, plus de 500.000 réfugiés venant de ces pays voisins ainsi que plus de 200.000 Tchadiens rapatriés de Libye et de la Centrafrique pour des raisons de sécurité », a déclaré M. Déby.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Mali : l'ONU condamne une nouvelle attaque meurtrière contre des Casques bleus tchadiens

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, et le Conseil de sécurité ont fermement condamné vendredi une attaque la veille dans le nord du Mali qui a tué cinq Casques bleus tchadiens de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA).