Le Nigéria dénonce les nouvelles formes de terrorisme et assure qu'il triomphera de Boko Haram

24 septembre 2014

Le président du Nigéria, Goodluck Jonathan, a dénoncé mercredi les nouvelles formes du terrorisme mondial et notamment l'implication de combattants étrangers dans des groupes qui sèment terreur et destruction dans plusieurs régions du monde, dont son propre pays.

« La nouvelle dimension introduite par l'EIIL (Etat islamique d'Iraq et du Levant) pour conquérir des territoires et installer son idéologie destructrice constitue un défi majeur qui doit être affronté collectivement avant qu'il ne devienne la norme », a déclaré M. Jonathan devant l'Assemblée générale des Nations Unies.

« Les activités violentes et criminelles de Boko Haram ont continué de poser un défi redoutable au gouvernement et au peuple du Nigéria », a-t-il ajouté. « Par une vague de terreur, d'assassinats, d'attentats à la bombe et maintenant d'enlèvements commis essentiellement dans le nord et l'est du pays, Boko Haram tente d'interrompre le développement », a-t-il dit.

Il a remercié les pays et organisations qui ont apporté leur soutien au Nigéria dans ses efforts pour libérer plus de 200 écolières enlevées en avril par Boko Haram dans le nord-est du Nigéria.

« Bien qu'elles aient été enlevées il y a plus de trois mois, nous n'avons jamais cessé nos efforts pour les libérer saines et sauves», a-t-il affirmé, ajoutant que ces efforts se poursuivaient « avec l'aide des partenaires » du Nigéria. Il a remercié à cet égard la France pour avoir organisé un sommet spécial sur la sécurité au Nigéria, en mai à Paris.

« Nous ne fléchirons jamais tant que nous n'aurons pas mis fin à cette guerre insensée contre des innocents et traduit ses instigateurs en justice. Nous triompherons du terrorisme », a-t-il assuré.

M. Jonathan a aussi déploré que l'Afrique de l'Ouest soit aux prises avec le virus mortel d'Ebola. Il s'est félicité des efforts concertés des professionnels nigérians, en coopération avec l'Organisation mondiale de la Santé et les partenaires internationaux du Nigéria, qui ont permis de « contenir l'épidémie ». Aujourd'hui, nous pouvons dire avec confiance que le Nigéria est débarrassé d'Ebola », a-t-il affirmé.

Mais il a appelé la communauté internationale à « apprécier correctement l'énormité du défi constitué par Ebola en Afrique de l'Ouest, notamment au Libéria, en Sierra Leone et en Guinée. Céder à des tendances isolationnistes et discriminatoires ne ferait qu'aggraver encore une situation déjà critique », a-t-il averti. « Pour empêcher cette maladie de devenir une catastrophe mondiale, l'ONU doit lui consacrer l'effort collectif qu'elle mérite ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le HCR lance un appel de fonds pour aider les réfugiés nigérians au Cameroun, au Tchad et au Niger

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux réfugiés (HCR) a lancé mardi un appel de fonds aux donateurs pour un montant de 34 millions de dollars afin de financer des opérations urgentes pour aider des dizaines de milliers de réfugiés nigérians au Cameroun, au Tchad et au Niger.