La Mauritanie appelle à une action internationale pour éliminer le groupe Boko Haram

24 septembre 2014

Le Président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, a appelé mercredi à une action conjointe de l'Union africaine et de la communauté internationale en vue d'éliminer le groupe extrémiste armé Boko Haram qui sévit dans le nord du Nigéria.

« La lutte contre le terrorisme demeure une responsabilité internationale qui requiert une étroite coopération entre tous les membres de la communauté internationale, dans la mesure où aucun pays, à lui seul, ne saurait éradiquer ce phénomène », a-t-il déclaré à l'occasion de la 69ème session de l'Assemblée générale de l'ONU à New York.

« Au nord du Nigéria, le mouvement Boko Haram continue de perpétrer ses actes criminels d'assassinats d'innocents, d'enlèvements de femmes et de destruction de villages entiers. Pour faire face à ce groupe terroriste, il est indispensable que l'Afrique et la communauté internationale conjuguent leurs efforts pour entreprendre une action décisive en vue d'éliminer ce danger qui menace la région dans son ensemble », a ajouté M. Abdel Aziz.

Le Président mauritanien, qui s'exprimait également au nom de l'Union africaine, a déploré qu'outre le nord du Nigéria, les situations en Somalie, en Libye et en République centrafricaine constituent encore « des sources de grande inquiétude ».

En Libye notamment, a-t-il dit, « la situation dégénère de manière dangereuse et regrettable, présentant les prémisses d'une guerre civile qui menace l'unité du pays, expose ses fils à l'exil et risque d'étendre ses dangers aux pays voisins si la communauté internationale n'intervient pas pour aider les Libyens à trouver une solution pacifique et consensuelle garantissant l'unité et la stabilité » de leur pays.

Mais M. Abdel Aziz s'est également félicité des résultats positifs apportés récemment à certaines crises africaines. Il a ainsi noté qu'en République centrafricaine, « les efforts de la Force africaine de paix, avec l'appui des forces amies, a mis fin aux massacres et empêché le conflit d'évoluer vers une guerre civile globale ».

De même, a-t-il estimé, « les Africains ont fait face, de façon vigoureuse, à une situation difficile au nord du Mali ». « Plusieurs pays du continent, aux côtés de forces internationales amies, ont affronté les groupes terroristes (…) L'intervention française a été déterminante et est venue au moment opportun », a-t-il dit.

« L'éradication du terrorisme au Sahel constitue un défi majeur auquel s'ajoutent les exigences de développement et de lutte contre la pauvreté », a ajouté M. Abdel Aziz, soulignant que « la corrélation entre développement et sécurité est étroite ».

Il s'est félicité à cet égard de la création du G5 Sahel, cadre régional de coordination des efforts de développement de la zone et de la lutte contre le terrorisme et le crime transfrontalier, lors d'un sommet des Etats membres en février dernier à Nouakchott, capitale de la Mauritanie.

Le chef de l'Etat mauritanien s'est également réjoui des niveaux de croissance élevés enregistrés par de nombreux pays du continent africain, où le taux de croissance moyen a atteint près de 6%. « La réalisation de l'autosuffisance alimentaire, le développement des industries agricoles et la lutte contre la pauvreté en milieu rural constituent des objectifs fondamentaux de l'Union africaine », a-t-il souligné. Il a rappelé que l'UA avait déclaré 2014 « année de l'agriculture et de l'autosuffisance alimentaire en Afrique ».

M. Abdel Aziz a enfin abordé l'épidémie causée en Afrique de l'Ouest par le virus Ebola qui constitue « un défi majeur ». « J'adresse un vibrant appel à la communauté internationale pour œuvrer efficacement à la mise à disposition de vaccin, à assurer le traitement des personnes atteintes du virus, à arrêter sa propagation, à accroître les investissements dans le domaine de la recherche scientifique en virologie et à apporter l'aide aux pays touchés par ce fléau », a-t-il dit.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'ONU rappelle que les enfants sont les principales victimes des conflits

Lors d'une réunion lundi au Conseil de sécurité des Nations Unies, la Représentante spéciale du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés, Leila Zerrougui, a souligné que les progrès réalisés pour mieux protéger les enfants dans le monde ont été éclipsés par de nouvelles crises.