Iraq : le PAM apporte une assistance alimentaire à plus d'un million de déplacés

23 septembre 2014

Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) a renforcé son assistance alimentaire au cours des dernières semaines en Iraq, apportant désormais une aide à plus d'un million de personnes déplacées, malgré une situation sécuritaire difficile et la poursuite des déplacements de populations.

« Avec l'aide de nos partenaires, nous avons réussi à augmenter notre assistance et à l'étendre à d'autres régions pour atteindre des familles déplacées qui ont fui sans rien emporter et qui étaient jusqu'à maintenant inaccessibles », a déclaré la Représentante du PAM en Iraq, Jane Pearce, dans un communiqué de presse.

« Ce mois-ci, nous avons atteint pour la première fois des personnes qui avaient trouvé refuge dans les gouvernorats de Muthane et Thi-Qar, dans le sud de l'Iraq, portant le nombre de personnes assistées par le PAM à plus d'1 million », a-t-elle ajouté.

Malgré la poursuite des déplacements de populations et les combats qui se poursuivent, le PAM a fourni une assistance alimentaire dans 13 des 18 gouvernorats iraquiens, y compris dans les trois gouvernorats kurdes, Erbil, Dohouk et Souleimaniyeh, ainsi que dans les gouvernorats de Ninive, Kirkouk , al-Anbar, Diyala, Babel, Wassit, Kerbala, Najaf, Muthana et Thi-Qar.

Environ 1,8 million d'Iraquiens ont été déplacés par le conflit en Iraq depuis mi-juin. La situation humanitaire continue de se détériorer en raison des combats et beaucoup de gens vivent dans des conditions précaires, sans accès à la nourriture, à l'eau ou à un abri. Certains vivent sous des ponts ou le long des routes tandis que d'autres vivent dans des camps ou trouvent refuge dans des bâtiments en construction.

Le PAM prévoit de continuer à intensifier son opération d'aide alimentaire pour aider 1,2 million de personnes déplacées avant la fin de l'année. La majorité des personnes aidées par le PAM a reçu des colis alimentaires contenant des aliments de base tels que du riz, de l'huile, de la farine de blé, des lentilles, des pâtes et du sel. Chaque colis nourrit une famille de cinq personnes pendant un mois. Le PAM a également fourni des rations d'urgence prêtes-à-consommer comprenant de la nourriture en conserve pour les personnes qui se déplacent constamment et qui ne peuvent pas cuisiner.

Avant la dernière crise, le PAM aidait déjà environ 240.000 personnes déplacées par le conflit dans le gouvernorat iraquien d'al-Anbar, ainsi que plus de 180.000 réfugiés syriens en Iraq.

De son côté, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a signalé avoir observé une forte hausse du nombre des réfugiés iraquiens ces dernières semaines avec 60% d'entre eux citant la crainte du groupe extrémiste l'Etat islamique d'Iraq et du Levant (EIIL) comme motif de leur fuite. En août et en septembre, en moyenne, 120 Iraquiens ont été enregistrés chaque jour par le HCR en Jordanie, par rapport à 65 par jour en juin et juillet et environ 30 par jour durant les cinq premiers mois de 2014.

« Presque 60% des nouveaux arrivants affluent en provenance des zones contrôlées par l'EIIL dans les gouvernorats de Ninive, Salah Al Din et Anbar », a a indiqué une porte-parole du HCR, Melissa Fleming, lors d'une conférence de presse à Genève.

« Les réfugiés ont déclaré que leurs maisons avaient été brûlées, qu'ils avaient été menacés d'être forcés de se convertir à l'islam, qu'il y avait des craintes de mariages forcés, d'enlèvements et de menaces publiques contre la vie, la santé ou la liberté des citoyens », a-t-elle ajouté.

D'autres réfugiés nouvellement arrivés en Jordanie ont fui les violences interconfessionnelles à Bagdad et Bassora.

Cette année, 10.644 réfugiés iraquiens ont déjà été enregistrés par le HCR en Jordanie, avec 1383 enregistrements pour le seul mois d'août, soit le nombre le plus élevé de nouveaux enregistrements depuis 2007.

Egalement en Jordanie, pour la première fois depuis le début du conflit en Syrie il y a plus de trois ans, les réfugiés en provenance des gouvernorats situés au nord du pays – dont Raqqa – composent la majorité des nouveaux arrivants. Dans le passé, des réfugiés du sud de la Syrie étaient les plus nombreux.

Parallèlement en Turquie, environ 103.000 réfugiés iraquiens ont fait la démarche de s'enregistrer auprès du HCR ou de ses partenaires, y compris 65.000 depuis juin 2014 lorsque les forces de l'EIIL ont pris le contrôle de Mossoul et de ses environs dans le gouvernorat de Ninive, au nord de l'Iraq.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.