Centrafrique : le chef de l'ONU salue le début de l'action militaire et policière de la MINUSCA

15 septembre 2014

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, s'est félicité du transfert d'autorité qui a eu lieu entre la Mission internationale de soutien à la Centrafrique sous conduite africaine (MISCA) et la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA).

« Ce transfert d'autorité représente la réussite complète du mandat de la MISCA et le commencement de l'action militaire et policière de la MINUSCA en République centrafricaine », a souligné le porte-parole du Secrétaire général dans une déclaration à la presse.

Une cérémonie a eu lieu lundi dans la capitale Bangui pour marquer ce transfert d'autorité. Le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous, a assisté à cette cérémonie.

Le Secrétaire général Ban Ki-moon a exprimé « sa profonde gratitude à la MISCA, qui a sauvé et protégé de nombreuses vies aux côtés de la Force française Sangaris et de la Force de l'Union européenne en République centrafricaine. » Il s'est dit « reconnaissant de la collaboration exemplaire entre les Nations Unies et l'Union africaine qui a facilité le transfert d'autorité, y compris le redéploiement d'un maximum de contingents de la MISCA, conformément aux standards des Nations Unies. »

Ba Ki-moon a salué l'étroite collaboration entre les Nations Unies et l'Union africaine. Il s'est aussi félicité du rôle clé de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale en tant que médiateur international et de la contribution des autres partenaires de la région qui accompagneront la transition en République centrafricaine.

A ce jour, la MINUSCA compte 6.500 militaires, 1.000 policiers et une composante civile supplémentaire qui sont en train de se déployer progressivement dans le pays. La Mission compte mettre la priorité sur la protection des civils, le processus politique et le rétablissement de l'autorité de l'Etat.

« Le Secrétaire général tient à réaffirmer sa préoccupation face aux attaques contre la population civile, qui continuent, particulièrement hors de Bangui, et appelle une nouvelle fois toutes les parties à cesser immédiatement les violences conformément à l'Accord de cessation des hostilités. Il exhorte les principaux acteurs concernés à maintenir leur engagement en faveur d'un processus politique inclusif afin d'assurer le succès complet de la transition du pays », a dit son porte-parole.

Les membres du Conseil de sécurité ont également salué le transfert d'autorité entre la MISCA et la MINUSCA.

Dans une déclaration à la presse, le Conseil a déclaré qu'il restait « très préoccupé par la poursuite des violations des droits de l'homme et du droit humanitaire en République centrafricaine. »

Les membres du Conseil ont appelé les autorités de transition à prendre des mesures concrètes en faveur d'un processus de réconciliation nationale et de dialogue politique inclusif garantissant la participation pleine et effective des femmes. Ils les ont également appelé à lutter contre l'impunité et à développer une stratégie pour le désarmement, la démobilisation et la réinsertion des anciens combattants.

Le Conseil a une nouvelle fois appelé les autorités de transition à accélérer les préparatifs pour l'organisation d'élections présidentielle et législatives inclusives, libres, justes et transparentes qui sont prévues pour février 2015.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Centrafrique : l'ONU se félicite des progrès sur le plan politique

A l'occasion d'une réunion du Conseil de sécurité mardi sur la situation en République centrafricaine, le Représentant spécial du Secrétaire général dans ce pays, Babacar Gaye, s'est félicité des progrès enregistrés au cours des dernières semaines sur le plan politique et a exhorté la communauté internationale à continuer de soutenir le pays à sortir de la crise.