Gaza : l'ONU condamne la reprise des hostilités

20 août 2014

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a condamné dans les termes les plus forts la violation du cessez-le-feu humanitaire à Gaza qui avait été négocié par l'entremise de l'Egypte et a expiré mardi à minuit, heure locale.

« Il est gravement déçu par la reprise des hostilités », a dit son porte-parole dans une déclaration à la presse publiée mardi soir à New York.

« Le Secrétaire général rappelle aux deux parties qu'elles ont la responsabilité de ne pas laisser la situation dégénérer. La population de Gaza espère un avenir meilleur et la population d'Israël espère une sécurité durable. Ces attentes reposent sur les pourparlers au Caire », a-t-il ajouté.

Le Secrétaire général a appelé les délégations israélienne et palestinienne à être à la hauteur de ces attentes et « a exhorté les parties à parvenir à un accord immédiat sur un cessez-le-feu durable qui aborde également les problèmes de fond qui affligent la bande de Gaza. »

Selon la presse, le cessez-le-feu à Gaza a officiellement pris fin mardi à minuit, sans qu'Israéliens et Palestiniens aient pu se mettre d'accord sur sa poursuite. La trêve avait de fait été rompue dans la journée par des tirs de roquettes sur le sud d'Israël. L'armée israélienne y avait répliqué par des frappes contre Gaza.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Gaza : le chef de l'UNRWA appelle à changer la façon de concevoir les choses

Préoccupé par le grand nombre de victimes civiles et l'ampleur des destructions causées par les combats à Gaza, le chef de l'Office de travaux et de secours des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine au Proche-Orient (UNRWA), Pierre Krähenbühl, a exhorté mardi la communauté internationale à changer sa façon de concevoir les choses.