Soudan du Sud : le Conseil de sécurité exhorte les rivaux à régler la crise

8 août 2014

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a une nouvelle fois exhorté vendredi le Président du Soudan du Sud, Salva Kiir, et l'ancien Vice-Président, Riek Machar, à mettre en œuvre de toute urgence les accords signés en janvier et en mai pour régler le conflit qui les oppose.

Dans une déclaration du Président du Conseil de sécurité, le Conseil se dit « profondément alarmé et préoccupé par la sérieuse détérioration de la situation politique et des conditions de sécurité et la catastrophe humanitaire qui se dessine au Soudan du Sud » et souligne qu'il est « inacceptable » que le Président Kiir et l'ancien Vice-Président Machar « s'obstinent à essayer de régler ce conflit par les armes. »

Le Conseil de sécurité exhorte les deux responsables à participer pleinement aux pourparlers de paix en cours à Addis-Abeba et à honorer l'engagement qu'ils ont pris de créer, le 10 août 2014 au plus tard, un gouvernement provisoire d'unité nationale.

Le Conseil se déclare prêt à examiner « toutes les mesures, y compris les sanctions ciblées, qu'il faudrait prendre contre ceux dont les agissements menacent la paix, la stabilité et la sécurité au Soudan du Sud. »

Dans la déclaration présidentielle, le Conseil condamne également énergiquement les atteintes aux droits de l'homme et les violations du droit international humanitaire et rappelle qu'au regard du droit international, de tels actes sont sans doute constitutifs de crimes de guerre ou de crimes contre l'humanité.

Il souligne qu'il est nécessaire de veiller à ce que les auteurs de violations graves des droits de l'homme et du droit international humanitaire répondent de leurs actes. À cet égard, il insiste sur l'importance des travaux que mène actuellement la Commission d'enquête de l'Union africaine, dont il attend avec intérêt les conclusions et les recommandations.

S'agissant de la situation humanitaire, le Conseil insiste sur la profonde inquiétude que lui inspire l'insécurité alimentaire catastrophique qui règne au Soudan du Sud et qui risque de se traduire bientôt par une véritable famine. Il engage les États Membres de l'ONU à fournir les fonds dont les organismes humanitaires ont absolument besoin pour dispenser sans délai à la population l'aide dont dépend sa survie.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le Soudan du Sud au bord d'une catastrophe humanitaire, selon l'ONU

Alors que les pourparlers entre le gouvernement du Soudan du Sud et l'opposition ont repris le 4 août sous l'égide de l'Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD), le Sous-Secrétaire général des Nations Unies aux opérations de maintien de la paix, Edmond Mulet, a averti mercredi devant le Conseil de sécurité le pays était au bord d'une catastrophe humanitaire causée par la poursuite du conflit interne.