L'UNESCO déplore la mort d'un journaliste russe et demande une enquête approfondie

7 août 2014

La Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a demandé jeudi qu'une enquête approfondie soit menée suite à la mort du journaliste Timur Kuashev dans la République de Kabardino-Balkaria (Fédération de Russie).

« Il est important pour la liberté de la presse que les journalistes soient en mesure de mener à bien leur mission professionnelle sans craindre pour leur vie. Je compte sur les autorités pour mettre tout en œuvre afin de faire la lumière sur les circonstances de la mort de Timur Kuashev », a déclaré la Directrice générale.

Timur Kuashev, âgé de 26 ans, était correspondant de Dosh, un magazine sur l'actualité du Nord Caucase. Il écrivait également pour Caucasian Knot et Caucasus Politics, des sites web couvrant l'actualité de la région.

Le corps sans vie de Timur Kuashev a été retrouvé dans les environs de Nalchik, la capitale de Kabardina-Balkaria le 1er août, le lendemain de sa disparition. Il aurait reçu de nombreuses menaces de mort au cours des dernières années.

L'UNESCO est l'agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d'expression et la liberté de la presse.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Ukraine : l'UNESCO condamne le meurtre d'un journaliste de télévision russe

La Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a exprimé mardi sa préoccupation après le meurtre du journaliste de télévision russe Anatoli Klian, abattu dans la nuit du 29 au 30 juin près de Donetsk, dans l'est de l'Ukraine.