Ban Ki-moon nomme Staffan de Mistura Envoyé spécial sur la crise en Syrie

10 juillet 2014

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a nommé jeudi le diplomate expérimenté, Staffan de Mistura comme le nouvel envoyé spécial chargé de la recherche d'une résolution pacifique au conflit en cours en Syrie.

M. de Mistura, qui a servi en tant que chef des missions de l'ONU en Iraq et en Afghanistan, et il va assumer le rôle de facilitateur pour les pourparlers de paix en Syrie ; une fonction précédemment occupée par Lakhdar Brahimi, qui a démissionné en mai et avant lui par Kofi Annan.

« L'Envoyé spécial va offrir ses bons offices visant à mettre un terme à toutes les violences et les violations des droits de l'homme, et à promouvoir une solution pacifique à la crise syrienne », a déclaré le Secrétaire général lors d'un point de presse à New York.

Le chef de l'ONU a également annoncé que suite à une consultation avec le Secrétaire général de la Ligue des États arabes, Nabil Elaraby, il nomme Ramzy Ezzeldin Ramzy, Envoyé spécial adjoint pour la Syrie.

Le conflit en Syrie, qui a commencé en mars 2011, a coûté la vie à plus de 150.000 personnes et 680.000 autres ont été blessées. Plus de 9,3 millions de personnes ont besoin d'une aide humanitaire à l'intérieur de la Syrie, y compris les 6,5 millions de personnes déplacées.

Le conflit a également engendré une crise de réfugiés avec 2,5 millions de Syriens qui ont cherché un refuge dans les pays voisins et au-delà.

Staffan de Mistura qui a la double nationalité italienne et suédoise, apporte avec lui plus de trois décennies d'expérience à l'ONU, dans les zones touchées par le conflit aussi bien que dans les agences humanitaires.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le HCR préoccupé par le sort de 145.000 femmes réfugiées syriennes chefs de famille qui luttent pour leur survie

Selon un rapport publié mardi par le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), plus de 145.000 familles réfugiées syriennes en Egypte, au Liban, en Iraq et en Jordanie – soit un quart de tous les foyers – sont dirigées par des femmes confrontées à une lutte solitaire pour leur survie.