Arabie Saoudite : Pillay appelle les autorités à libérer les défenseurs des droits de l’homme détenus de façon arbitraire

10 juillet 2014

La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, a exprimé jeudi sa préoccupation devant l'arrestation arbitraire, le procès et la détention des défenseurs des droits de l'homme en Arabie saoudite.

La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, a exprimé jeudi sa préoccupation devant l'arrestation arbitraire, le procès et la détention des défenseurs des droits de l'homme en Arabie saoudite, dont la récente condamnation sévère du défenseur des droits de l'homme Waleed Abou Al-Khair.

Le 6 juillet, M. Al-Khair a été condamné à 15 ans de prison par un tribunal dans la capitale Riyad. Il a également été condamné à une peine de cinq ans avec sursis, une interdiction de voyage et une lourde amende.

« Le cas d'Abou Al-Khair est une illustration de la tendance persistante de harcèlement des défenseurs saoudiens des droits de l’homme, dont plusieurs ont été condamnés simplement pour revendiquer le respect des droits humains de façon pacifique », a déclaré Mme Pillay, dans un communiqué de presse.

« J’exhorte les autorités saoudiennes à libérer immédiatement tous les défenseurs des droits de l'homme qui ont été incarcérés dans le cadre de leurs activités de promotion pacifique des droits de l'homme », a-t-elle ajouté.

Le Haut-Commissaire a également exprimé sa préoccupation concernant le fait que les défenseurs des droits de l'homme en Arabie saoudite ont été inculpés d'infractions qui sont définies de manière vague dans les lois antiterroristes, ce qui est une violation du principe juridique que nul ne peut être condamné pour des actes qui ne constituent pas clairement des crimes au moment de les commettre.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Egypte : l'ONU s'inquiète des récentes décisions de justice

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, s'est dit profondément préoccupé lundi par les récentes décisions de justice en Egypte, en particulier la confirmation des condamnations à mort contre 183 personnes et la condamnation de journalistes, y compris des journalistes d'Al Jazira aujourd'hui, à de longues peines de prison.