Darfour : Ban charge le Secrétariat de l'ONU d'examiner les accusations contre la MINUAD

2 juillet 2014

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, s'est dit mercredi préoccupé par les graves allégations contre la Mission de l'Union africaine et des Nations Unies au Darfour (MINUAD) et a chargé le Secrétariat de l'ONU d'examiner ces accusations.

Les allégations portent sur un large éventail de questions, dont la déclaration inexacte de faits sur le terrain au Darfour, des exemples spécifiques de l'incapacité de la MINUAD à protéger les civils et des accusations de mauvaise gestion de la Mission.

« La MINUAD a fait l'objet de plusieurs enquêtes au cours des deux dernières années, qui ont cherché à répondre à la fois aux aspects stratégiques et à des incidents spécifiques liés à la performance de la mission. Le rapport spécial du Secrétaire général du 25 février 2014 donne un aperçu des enjeux stratégiques et de gestion rencontrés par la Mission et du travail effectué au siège des Nations Unies et à la MINUAD pour y remédier », a souligné le porte-parole du Secrétaire général dans une déclaration à la presse.

« Le Secrétaire général demeure déterminé à améliorer la performance de la MINUAD et à prendre toutes les mesures nécessaires pour corriger toute faute. Il a chargé le Secrétariat d'examiner les rapports de toutes les enquêtes menées depuis la mi-2012 afin de s'assurer que leurs recommandations ont été mises en oeuvre et que toutes les questions pertinentes ont été pleinement prises en compte », a-t-il ajouté.

« Cet examen, qui sera achevé dans un mois, permettra au Secrétaire général de déterminer ce qui a déjà été fait et quelles mesures correctives doivent être prises si des recommandations restent à mettre en œuvre », a encore dit le porte-parole.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

La CPI demande d'agir rapidement au Darfour pour mettre fin à l'impunité

La Procureure de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda, s'est inquiétée mardi de la détérioration de la situation au Darfour, au Soudan, et a demandé au Conseil de sécurité d'agir rapidement pour mettre fin à l'impunité.