L'AIEA salue la coopération avec l'Iran et demande à la Corée du Nord d'accepter les inspections

2 juin 2014

Le Conseil des gouverneurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) s'est réuni lundi à Vienne, pour entendre un rapport du Directeur général de l'agence, Yukiya Amano, notamment sur les programmes nucléaires nord-coréen et iranien.

« Je demeure préoccupé concernant le programme nucléaire de la République populaire démocratique de Corée (RPDC). Cela fait maintenant cinq ans que les inspecteurs de l'agences ont été expulsés de la RPDC », a rappelé M. Amano dans sa déclaration.

« Cependant, l'agence se tient prête à assumer un rôle de vérification du programme nucléaire de la RPDC. J'exhorte le pays à respecter pleinement ses obligations conformément aux résolutions du Conseil de sécurité et de coopérer avec l'agence dans le cadre de la mise en œuvre de l'accord de sauvegarde », a-t-il ajouté.

L'accord de sauvegarde du traité de non-prolifération est désormais en vigueur pour 181 États et M. Amano a exhorté les 12 États qui n'ont pas encore d'accord de sauvegarde en vigueur à le faire entrer en vigueur au plus vite.

Concernant le programme nucléaire iranien, le chef de l'AIEA a affirmé que l'agence continue de vérifier que le matériel nucléaire ne soit pas détourné pour servir à des fins en dehors de ce qui est prévu par l'accord de sauvegarde.

« Je salue que les mesures pratiques prévues dans le cadre de coopération avec l'Iran ont été mis en œuvre tel que prévu. L'Iran s'est engagé considérablement avec l'agence », a expliqué M. Amano. « L'engagement de l'Iran avec l'agence nous a aidé à mieux comprendre son programme nucléaire. L'engagement pris par l'Iran le 20 mai à mettre en œuvre cinq mesures pratiques supplémentaires est encore un pas dans la bonne direction ».

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Nucléaire: l'Iran et l'AIEA signent un accord de coopération

L'Agence internationale de l'énergie atomique et l'Iran ont signé lundi un accord de coopération visant à garantir le caractère pacifique du programme nucléaire de ce pays. Une annonce qui coïncide avec celle de la reprise des négociations entre Téhéran et les 5 +1 le 20 novembre prochain.