En visite au Soudan du Sud, Navi Pillay appelle au respect du cessez-le-feu

28 avril 2014

Au début d'une visite de deux jours au Soudan du Sud, la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, a appelé lundi les parties en conflit dans ce pays à respecter le cessez-le-feu afin de permettre aux personnes déplacées de retourner chez elles.

« J'espère que l'accord de cessez-le-feu sera respecté par les deux parties. C'est une source de préoccupation immédiate. Les gens ne se sentent pas en sécurité », a dit Mme Pillay, qui est arrivée lundi au Soudan du Sud accompagnée du Conseiller spécial des Nations Unies sur la prévention du génocide, Adama Dieng, pour faire le point sur la situation des droits de l'homme après les massacres à Bentiu et Bor.

« Nous pensons que la situation est très grave et qu'il pourrait y avoir des actes de vengeance », a ajouté la Haut-Commissaire. Selon elle, les civils sont victimes « d'énormes violations des droits de l'homme », y compris des violences sexuelles et des violations du droit à l'alimentation.

Cette visite est effectuée à la demande du Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, qui est très préoccupé par la situation au Soudan du Sud, où le Président Salva Kiir affronte son ancien Vice-Président Riek Machar depuis décembre 2013.

Lundi, Mme Pillay et M. Dieng ont rencontré de hauts responsables du gouvernement sud-soudanais, dont le Ministre des affaires étrangères, Barnaba Marial Benjamin. La Haut-Commissaire leur a demandé de prendre des mesures pour faire cesser les violations des droits de l'homme.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Navi Pillay en visite au Soudan du Sud la semaine prochaine

A la suite des récents massacres à Bentiu et à Bor, au Soudan du Sud, la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, va effectuer une visite dans ce pays les 28 et 29 avril afin de faire le point sur l'aggravation de la situation des droits de l'homme, a annoncé vendredi le Haut-Commissariat aux droits de l'homme (HCDH).