Journée internationale du Norouz : Ban rend hommage à l’héritage culturel millénaire

21 mars 2014

A l’occasion de la Journée internationale du Norouz, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a souligné vendredi que cette fête est l’occasion pour des millions de personnes d’Asie occidentale et centrale, d’Asie du Sud et d’autres régions du monde de se rassembler pour célébrer la nouvelle année et le premier jour du printemps, comme cela se fait depuis plus de 3 000 ans.

« Inscrit depuis 2009 sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO, le Norouz nous rappelle aux valeurs que nous partageons et à l’espoir que nous nourrissons tous de parvenir à la paix par la tolérance, le respect et la compréhension mutuelle », a affirmé M. Ban dans son message pour la Journée.

Célébré de mille et une manières de par le monde, le Norouz incarne la puissance de l’héritage culturel – une puissance capable d’abattre les murs qui nous séparent les uns des autres. C’est également une célébration de la diversité, qui est tout à la fois une force et le fondement d’un monde plus pacifique et viable.

« À l’heure où notre monde est en plein bouleversement et où nos sociétés subissent de nouvelles pressions, il est plus que jamais essentiel que les gens se montrent solidaires et vivent en harmonie avec la planète », a souligné le chef de l’ONU.

« En cette Journée internationale du Norouz, j’en appelle à chacun, femme ou homme, pour qu’il fasse passer ce message de paix, d’unité et de renouveau qui est au cœur de la mission des Nations Unies et au cœur des célébrations du Novruz », a-t-il ajouté en souhaitant à tous un Joyeux Norouz.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le Novruz, une occasion rapprocher les peuples et de cultiver la solidarité, selon Ban

À l'occasion du Novruz, qui marque le Nouvel An et le premier jour du printemps dans de nombreux pays de l'Asie, du Caucase ou encore des Balkans, le Secrétaire général Ban Ki-moon a déclaré que ce festival annuel était un facteur de rapprochement entre les peuples.