Crise ukrainienne : Ban se rend à Moscou et à Kiev pour encourager une solution pacifique

19 mars 2014

Alors que le chef de l'ONU, Ban Ki-moon se rendait en Russie et en Ukraine dans le cadre des ses efforts diplomatiques pour désamorcer les tensions, le Vice-secrétaire général, Jan Eliasson, a plaidé pour le respect des principes fondamentaux de la Charte de l'ONU au Conseil de sécurité, dont le respect de la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Ukraine et le respect des droits de l'homme.

Dans le cadre des efforts diplomatiques des Nations Unies pour trouver une résolution pacifique à la crise en Ukraine, le Secrétaire général Ban Ki-moon a annoncé mercredi qu'il se rendra, à partir de ce soir, en Russie et en Ukraine. De son côté, le Conseil de sécurité devrait se réunir dans la journée à New York pour discuter de la crise.

Selon son porte-parole, M. Ban se rendra d'abord dans la capitale russe, Moscou, pour rencontrer le Président Vladimir Poutine, le Ministre des affaires étrangères et d'autres représentants du gouvernement jeudi.

Vendredi, le chef de l'ONU sera à Kiev, la capitale de l'Ukraine, pour rencontrer le Président par intérim Oleksandr Turchynov, le Premier ministre Arseniy Yatsenyuk et d'autres membres du gouvernement de transition.

Lors de son séjour à Kiev, M. Ban rencontrera également des membres de la mission de l'ONU de surveillance des droits de l'homme ainsi que des représentants de la société civile ukrainienne.

Au Conseil de sécurité, le Vice-Secrétaire général de l'ONU, Jan Eliasson a indiqué qu'une mission d'évaluation des droits de l'homme est en train d'être déployée sur le terrain et que l'ONU participe à la coordination du déploiement sur place d'observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

M. Eliasson a exprimé sa préoccupation face à la situation qui continue de s'aggraver et les tensions croissantes en Crimée et dans l'est de l'Ukraine.

Il a rappelé que les États-Unis et l'Union européenne ont imposé des sanctions contre certaines personnalités russes et ukrainiennes suite au référendum organisé dimanche, et la signature par le Fédération de Russie d'un décret rattachant à Crimée à son territoire.

Jeudi, le Premier ministre de l'Ukraine s'est inquiété du fait que le conflit en péninsule de Crimée est en train de passer d'une étape politique à une étape militaire, suite au meurtre d'un officier militaire ukrainien.

Depuis, le Premier ministre adjoint et le Ministre de la défense de l'Ukraine ont manifesté leur intention de se rendre en Crimée mais les autorités locales de Crimée auraient averti que l'accès leur serait refusé.

« Cette situation souligne la nécessité absolue d'ouvrir un dialogue immédiat entre Moscou et Kiev », a souligné le Vice-secrétaire général en ajoutant que deux bases navales ukrainiennes auraient été saisies par des forces pro-russes. « Ces derniers évènements ont ajouté une couche de complexité à une situation déjà précaire, et nous faisons actuellement face au risque d'une dangereuse aggravation de la crise qui risque d'avoir des ramifications graves pour la paix et la sécurité internationale ainsi que pour le Conseil de sécurité et l'ONU ».

Pour M. Eliasson, il est dans l'intérêt de la Fédération de Russie et de l'Ukraine, « qui demeurent voisins », d'avoir des relations positive. Pour le Vice-Secrétaire général, le principal outil diplomatique reste l'instauration d'un dialogue constructif sur la base de la Charte de l'ONU pour trouver une issue à une crise devenue « plus grave que jamais ».

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Ukraine : Ban se dit « déçu » par l'organisation d'un référendum en Crimée et réitère son appel au calme

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon a exprimé lundi sa préoccupation concernant la situation en Ukraine, particulièrement dans la région de Crimée suite à l'organisation d'un référendum sur le rattachement de cette région à la Russie, qui a été dénoncé par le gouvernement ukrainien.