Ukraine : l'envoyé de l'ONU appelle au respect des droits de l'homme dans l'est du pays

11 mars 2014

Le Sous-Secrétaire général des Nations Unies aux droits de l'homme, Ivan Simonovic, est arrivé mardi dans la ville de Kharkiv dans l'est de l'Ukraine pour rencontrer les autorités locales et discuter des mesures pour assurer le respect des droits de l'homme et pour désamorcer les tensions entre les communautés pro-russes et pro-ukrainiennes.

Le Sous-Secrétaire général a exprimé ses préoccupations concernant des accusations de violations des droits de l'homme et il en a parlé avec les représentants des autorités et des organisations de la société civile des deux camps.

« M. Simonovic est en Ukraine pour souligner l'importance cruciale d'assurer le respect des normes internationales des droits de l'homme dans cette période difficile pour ce pays. Il effectue une évaluation de la situation des droits de l'homme dans la région et appelle toutes les parties prenantes à les respecter », a déclaré une porte-parole du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) lors d'une conférence de presse à Genève.

« Il discute des possibilités d'accroître l'assistance de l'ONU et des partenaires internationaux pour renforcer les capacités sur le terrain lorsque cela est jugé nécessaire », a ajouté la porte-parole, Ravina Shamdasani.

Lundi, dans la capitale Kiev, le Sous-Secrétaire général a rencontré le Ministre des affaires étrangères par intérim, l'ombudsman, des défenseurs des droits de l'homme et des représentants des agences de l'ONU en poste dans le pays. M. Simonovic a annoncé qu'il a l'intention de son rendre en Crimée mercredi et dans la ville de Lviv, dans l'ouest du pays, jeudi avant de retourner à Kiev vendredi.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Ukraine : Ban Ki-moon alarmé par les derniers évènements

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, s'est dit lundi alarmé par les derniers évènements en Ukraine, notamment dans la région de Crimée, alors que le Conseil de sécurité s'est réuni lundi après-midi pour discuter de la situation dans ce pays.