Soudan du Sud : Ban salue le début des pourparlers à Addis Abeba pour régler la crise

12 février 2014

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a salué mercredi le début des pourparlers politiques à Addis Abeba, en Éthiopie, entre le gouvernement du Soudan du Sud et les opposants au sein du Mouvement/armée populaire de libération du Soudan-Nord (SPLM/A) sous les auspices de l'Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD).

« Le Secrétaire général réitère l'importance du dialogue politique national avec la participation de l'ensemble des acteurs politiques et représentants de la société civile sud-soudanaise, y compris tous les officiers du SPLM détenus », a indiqué le porte-parole de M. Ban dans un communiqué de presse.

Se disant préoccupé par les informations qui font état d'affrontements dans certaines zones des Etats de l'Unity et du Haut-Nil, M. Ban a appelé les parties prenantes à mettre en œuvre l'ensemble des éléments de l'accord sur le cessez-le-feu et le statut des personnes détenues signé le 23 janvier et de coopérer dans le cadre du mécanisme de suivi et de vérification de l'IGAD.

« Le Secrétaire général appelle toutes les parties prenantes à respecter le travail crucial des travailleurs humanitaires et des Casques bleus de la Mission de l'ONU au Soudan du Sud et à assurer leur liberté de mouvement sans entraves », a souligné le porte-parole.

M. Ban a condamné l'usage des bombes à sous-munitions par les parties prenantes après que le Service de la lutte antimines des Nations Unies a affirmé avoir trouvé des restes de ces armes sur la route qui relie Juba à Bor, dans l'Etat du Jonglei.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le Conseil de sécurité discute de la situation au Soudan du Sud

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a tenu mardi des consultations à huis clos sur le Soudan du Sud, au cours desquelles plusieurs hauts responsables de l'ONU ont fait le point sur la situation dans ce pays près de deux mois après le début de la crise qui a déplacé des centaines de milliers de personnes.