Le Conseil de sécurité discute de la situation au Soudan du Sud

11 février 2014

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a tenu mardi des consultations à huis clos sur le Soudan du Sud, au cours desquelles plusieurs hauts responsables de l'ONU ont fait le point sur la situation dans ce pays près de deux mois après le début de la crise qui a déplacé des centaines de milliers de personnes.

La Secrétaire générale adjointe aux affaires humanitaires, Valerie Amos, le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous, et la Représentante spéciale du Secrétaire général au Soudan du Sud, Hilde Johnson, ont fait chacun un exposé.

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a estimé mardi qu'il fallait continuer de pousser les parties sud-soudanaises en conflit à régler leurs différends à la table de négociations.

"Il est très important que les pourparlers impliquent la société civile et ne soient pas limités aux seuls dirigeants", a dit M. Ban lors d'une rencontre avec des journalistes à New York. "Les Nations Unies continuent de protéger environ 75.000 personnes dans les bases de la MINUSS. Les conditions sont extrêmement difficiles mais des milliers de personnes sont aujourd'hui en vie à cause de notre décision d'ouvrir les portes" de ces bases, a-t-il ajouté.

Le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a indiqué mardi que près de 724.000 personnes ont été déplacées au Soudan du Sud depuis le début de la crise. A cela s'ajoutent près de 145.000 personnes ayant fui vers les pays voisins.

Selon OCHA, la plupart des familles de déplacés et de réfugiés ont perdu leurs moyens de subsistance en raison des pillages, de la destruction de leurs biens et de la nécessité de fuir les combats.

Le Bureau rappelle qu'avant la crise, la situation humanitaire était déjà critique au Soudan du Sud avec plus de trois millions de personnes en insécurité alimentaire.

De son côté, la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) a annoncé mardi avoir pris des mesures pour renforcer la sécurité des civils qui ont trouvé refuge dans ses bases. La Mission a renforcé la sécurité aux points d'entrée et à proximité de ces bases.

Lundi, la police sud-soudanaise, avec le soutien d'une cinquantaine d'officiers de la Police de l'ONU, a ainsi mené une opération de fouilles de véhicules à la recherche d'armes à l'extérieur de la base de Tomping, à Juba. Elle a également démantelé des stands vendant illégalement de l'alcool.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Soudan du Sud : la MINUSS rappelle l'importance d'un dialogue politique inclusif

À la veille d'une réunion entre les représentants du gouvernement du Soudan du Sud et de l'opposition, la Mission des Nations Unies dans ce pays (MINUSS) a affirmé lundi que les officiers du Mouvement populaire de libération du Soudan-Nord (SPLM) qui ont récemment été libérés de détention devraient participer au dialogue politique national avec l'ensemble des acteurs politiques et représentants de la société civile.